Casse-Noisette et les Grands Ballets Canadiens : 55 ans d’histoire !

The following two tabs change content below.

Cyriel

13 décembre 2018 – Salle Wilfrid-Pelletier

 

Une musique qui traverse le temps, des jouets, de la neige et un peu de magie…

55 ans. Voilà 55 années consécutives que les Grands Ballets Canadiens de Montréal offrent au public émerveillé le spectacle « Casse-Noisette » au temps des fêtes. Une joie et un engouement qui perdurent, et un public toujours fidèle au rendez-vous. Sur les notes rêveuses de Tchaïkovski, reprenant les pas du regretté chorégraphe Fernand Nault (d’après ceux de Marius Petipa & Lev Ivanov), les danseurs et danseuses, petits et grands, des Grands Ballets, nous content cette histoire enchanteresse. L’histoire de Clara et de sa visite aux Pays des Neiges.

Nous sommes à la veille de Noël, la famille aisée au grand cœur des Von Stahlbaum donne une grande réception composée de toute la famille et de leurs amis. Une ribambelle d’enfants courent et jouent, impatients de découvrir le sapin illuminé et de recevoir leurs cadeaux. Le temps est à la fête, les cœurs remplis de joie et les sourires sur toutes les lèvres. Faisant une entrée saisissante, le docteur Drosselmeyer apporte un peu de magie à cette belle soirée. Les enfants se ruent sur cet homme mystérieux qui offre des cadeaux époustouflants. Clara, la fille de M & Mme Von Stahlbaum reçoit une paire de souliers magique de la part de ses grands-parents ; et un casse-noisette de la part du docteur Drosselmeyer, qui est également son parrain. Les réunions de famille étant ce qu’elles sont, Fritz le frère de Clara, brise le casse-noisette dans une crise de jalousie. Le bon docteur le répare aussitôt. En profiterait-il pour y insuffler un peu de magie ? La soirée se termine, les amis rentrent chez eux et les Von Stahlbaum regagnent leur lit. Clara s’endort au pied du sapin serrant contre son cœur son casse-noisette adoré. Mais dans la nuit des petits pas se font entendre. Des souris affluent de partout et viennent chatouiller Clara. Apparaissent des soldats de plombs, animés par la magie du docteur Drosselmeyer ; et des rats. S’ensuit un combat sans merci entre les deux camps, rongeurs contre jouet de bois. Clara, rangée du côté de son bien aimé casse-noisette, lance son soulier sur le roi des rats et permet ainsi de gagner la bataille. Pour la récompenser de sa bravoure, le parrain de Clara transforme le casse-noisette en prince, qui emmène Clara au Royaume des friandises.

Tout au long de son voyage, au côté de son prince adoré, Clara fera la rencontre des êtres gracieux et colorés de ce royaume enchanté. Sa première rencontre sera celle d’avec la reine des fées et de son cavalier. Le prince casse-noisette leur narre l’acte d’héroïsme de Clara contre le roi des rats. Pour la remercier, on organise une grande fête en l’honneur de Clara. Elle peut ainsi se délecter des danses des personnages de cet univers enchanté et se régaler de gâteaux et autres friandises. Une fois la fête finie, Clara doit rentrer chez elle sur le dos d’un grand cygne aux ailes d’or. Un Noël magique, dont Clara et ses amis se souviendront toute leur vie.

La 55ème édition de « Casse-Noisette » des Grands Ballets de Montréal est un succès ! Il faut dire que le travail est soigné, que l’équipe est sélectionnée avec soin et que l’on porte une attention toute particulière au moindre détail. « Casse-Noisette » est un spectacle très visuel. La scénographie, couplée avec le travail des lumières, est à couper le souffle. La scène s’ouvre sur différents lieux ; les ambiances et même la température de chaque endroit sont retranscrites dans chaque décor. La scénographie mobile nous offre un sapin de Noël interminable, des anges dansant sur des nuages, des tableaux de neige ou de combat tout en couleur…

La douce musique de Tchaïkovski est transportée aux oreilles du public avec justesse et douceur par l’orchestre dirigé d’une main de maître par la chef d’orchestre Dina Gilbert.

Les costumes rivalisent de beauté et d’éclat. Des costumes des familles nobles et de leur serviteurs, aux tutus des ballerines, en passant par les costumes de moutons et de souris (petite mention spéciale pour l’adorable mouton noir); tout est doux, coloré, semble chaud et confortable. Félicitation au concepteur des costumes François Barbeau et à son équipe pour la réalisation des costumes de la Reine des Neiges, de la Fée Dragée, des gouttes de rosée, de la valse des fleurs et des Grands Pas de deux. Leurs costumes pailletés à eux seul invitent à la rêverie.

Et bien sûr, l’interprétation des danseurs et danseuses des Grands Ballets de Montréal qui est sublime, juste, sans faux pas, légère et enjouée. Il nous semble que leurs pas et leurs pirouettes sont si simple à effectuer. Un travail considérable également sur les tableaux comportant beaucoup de danseurs présents en même temps sur scène. Il n’est pas évident de diriger un si grand ensemble, de plus avec autant d’enfants, et il n’apparaît aucune fausse note dans la mise en scène. Tout est fluide et vivant. Les enfants savent exactement où et quand se placer, ils jouent et sont juste dans leur jeu et interactions avec leurs partenaires. Dans la scène de la réception chez les Von Stahlbaum, il est amusant de laisser son œil aller à observer ces moments de vie. La scène entière fourmille et l’on découvre ici des enfants qui se chamaillent, là des adultes dansant, par ici les grands parents discutant,…

Du fait d’avoir autant d’artistes sur scène et d’adapter en ballet un conte allemand « Casse-Noisette et le Roi des souris » d’Ernst Theodor Amadeus Hoffmann (publié en 1816), il faut faire des choix scéniques. Aussi la première partie du spectacle est plus théâtrale. Tous les convives, parents et enfants, se retrouvent à danser dans l’allégresse de la soirée, certes. Mais les beaux portés, écarts, et pointes se situent majoritairement dans la deuxième partie, lorsque les créatures du royaume enchanté dansent pour Clara et son prince Casse-Noisette. Aussi, les prouesses techniques sont légèrement moindres que sur d’autres créations des Grands Ballets de Montréal. Cela n’enlève rien à la magie du spectacle.

Le spectacle « Casse-Noisette » est magnifique et émerveille petits et grands. Il est une valeur sûre ; et organisateurs, artistes et public ne s’y trompent pas. C’est un spectacle familial qui invite à la rêverie. Idéal pour faire un beau cadeau pendant le temps des fêtes.

 

Fiche technique

« Casse-Noisette »

 

Ballet classique – avec entracte

 

Du 13 au 30 décembre 2018

À 14h30 & 19h30

 

Chorégraphie : Fernand Nault

D’après Marius Petipa & Lev Ivanov

Musique : Pyotr Ilyich Tchaïkovski

Chef d’orchestre : Dina Gilbert

 

Distribution : Les Grands Ballets Canadiens de Montréal (distribution différente selon les représentations)

 

Durée : 2h avec entracte de 20min

Tarifs : de 75 à 150 $

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *