Corneille, avec tout son amour et son soul

The following two tabs change content below.

Marie-Claude Lessard

Hier soir, Corneille entamait une résidence au Casino de Montréal qui se poursuivra jusqu’au 17 novembre. L’auteur-compositeur-interprète offre un spectacle inédit intitulé Love & Soul qui regroupe les pièces de l’album du même nom sorti en mai 2018, ses grands succès indémodables et des titres exclusifs de son album de chansons originales en français à paraître en février 2019. Lors de la première, Corneille a véritablement connecté avec son public qui était fort investi, attentif et dansant. Le chanteur n’a pas tardé à habiter la scène et prouver pourquoi son spectacle ne pouvait avoir un meilleur titre.

Vêtu simplement d’un pantalon noir et un chandail blanc à manches longues mais aussi d’un magnifique veston rouge qui donnait juste ce qu’il fallait d’éclat à l’ensemble, il a vite étalé son âme en se montrant drôle, charmeur et généreux. À travers un ordre de chansons brillamment présenté, Corneille n’a fait qu’un avec ses choristes et musiciens, se promenant d’un bout à l’autre de la scène avec un large sourire et une aisance irrésistibles. Il amenait exactement le public où il voulait avec une joie contagieuse. Les spectateurs exécutaient sans broncher chacune de ses demandes. La plus belle a eu lieu lorsque bien des hommes dans la salle ont chanté haut et fort le refrain de la magnifique Le bon Dieu est une femme.

Grâce à un répertoire teinté de nostalgie de pièces tantôt langoureuses tantôt tristes, Corneille a livré une performance vocale à la hauteur malgré quelques bémols au niveau de la prononciation et de la justesse. Ce seul point négatif au spectacle a par contre rapidement été compensé par le charisme de l’artiste. La partie soul du spectacle, celle qui renvoie au genre musical, se retrouvait davantage dans l’attitude du chanteur que dans les arrangements proposés. Corneille a plutôt surfé sur une vague pop et funk qui correspondait parfaitement à sa personnalité. De l’album Love & Soul, on retient tout particulièrement la livraison des pièces Smooth Operator popularisée par Sade Adu, la version acoustique réussie de Careless Whisper du groupe Wham! , True de Spandau Ballet et It ain’t over til it’s over de Lenny Kravitz chantée avec enthousiasme en guise de dernier rappel.

Corneille a témoigné son amour en interprétant à un public impatient de les entendre des titres à succès de sa propre discographie. Il a notamment été puisé abondamment dans son album Parce qu’on vient de loin datant de 2002. Il a ravi la foule avec Sans rancune, Avec classe, Rêves de star, Ensemble, Qu’est-ce que tu te fais et les poignantes et incontournables Seul et monde et Parce qu’on vient de loin. Les spectateurs étaient emballés de scander les paroles de ces pièces connues, et surtout de constater que leur créateur ressent toujours autant de plaisir et non de l’amertume à les incarner après tant d’années. L’interprète a également affiché son amour pour son huitième disque qui sera disponible sous peu. Extrêmement fier du résultat, il a chanté quelques extraits de cet album conçu avec sa femme Sofia de Medeiros dont Nos destinées, le single radiophonique Tout le monde et Manque de sommeil qui traite avec humour de la réalité amoureuse de leur couple depuis qu’ils sont de jeunes parents. Les pièces possédaient un mélange efficace de pop, de soul, de R&B et de funk qui promet dangereusement pour la suite!

Pour vous procurer des billets pour la résidence, c’est par ici!

Crédits Photos : Stéphanie Payez/Éklectik Média 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *