Éric Lapointe et son champ d’étoiles!

The following two tabs change content below.

Éric Lapointe à l’International des Montgolfières,c’est presque aussi historique que le pape au Vatican! Hier soir, l’auteur-compositeur-interprète était,  pour la dix-huitième fois dans sa carrière, sur la Scène Loto-Québec du Festival.  Ce spectacle présentait son dernier opus Délivrance mais aussi ses incontournables comme La nuit et Bobépine qui ont tout de suite monté la température d’un cran.

Lapointe s’est confié et a révélé avec sa force et sa conviction légendaires qu’il n’était pas sur le stage pour chanter pour son public mais bel et bien pour chanter avec lui, ce qui nous a emmené dans une belle chorale géante tout au long du show, laissant même apparaître des moments magiques comme sur le titre 1500 miles fait en a cappella. Bien qu’Éric se suffise à lui-même sur une scène, il prend toujours le temps de la partager avec ses amis. Trois d’entre eux étaient présents,  en commençant par Noémie Lafortune avec qui il a partagé le titre La guerre a perdu. Ce duo mélangeait force et douceur sur un texte de Zachary Richard. Généreux, Lapointe s’est éclipsé pour que Noémie puisse prendre toute la place et nous interpréter la chanson Zombie du groupe The Cranberries. La chimie entre le public et la jeune femme sur ce titre ne pouvait que donner des frissons, rendant ainsi un bel hommage à Dolores O’Riordan partie beaucoup trop tôt !

En parlant d’hommage, qui mieux qu’Éric Lapointe pour en témoigner un à l’idole des jeunes,Johnny Hallyday ? Après avoir, pendant plusieurs années, interprété le titre Ma gueule, Éric a décidé, cette fois-ci, de chanter sa chanson préférée de l’artiste qu’il n’aurait d’ailleurs jamais pu reprendre auparavant. C’est donc L’envie qui pris un nouveau souffle grâce à la férocité et la passion de notre Hallyday québécois. Le coup de cœur artistique de Lapointe, Travis Cormierétait aussi de la partie pour nous offrir un duo avec son ancien coach de La Voix  sur Wanted dead or alive suivi d’un solo sur le titre Dream On. Son spectre vocal nous a, une nouvelle fois, surpris.  Kevin Parent , qui nous a livré un spectacle plus tôt dans la soirée, s’est joint à son ami pour, qu’ensemble, ils interprètent la célèbre Les Boys.

Reconnaissant envers son public qui est resté sous la pluie,l’artiste, lui aussi, a bravé l’intempérie pour serrer la main de ses admirateurs tout en nous livrant Un beau grand slow. Un moment intimiste et touchant comme ce fut également le cas sur les superbes Mon ange et Terre promise. Cette soirée qui s’est terminée, à la demande de notre rockeur préféré, sous un champ d’étoiles. Ensemble, ils ont pu se balancer sur le titre Moman suivi ensuite de la légendaire N’importe quoi que tous les spectateurs ont crié du fond de leur cœur au bout de deux heures et demie de rock et de bonheur !

Crédits photos : Stéphanie Payez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *