Gabrielle Goulet, de rockeuse à amoureuse blessée

The following two tabs change content below.

Hier, sur le coup de 18 heures, la franco-ontarienne Gabrielle Goulet a pris d’assaut la Scène Hydro-Québec des FrancoFolies de Montréal pour présenter les pièces de son album Elle sait sorti en 2017 et revisiter certaines issues de son premier opus, Papillon, datant de 2013. Devant un public intime mais très attentif, la jeune femme de 25 ans a dévoilé avec éclat et authenticité les différentes facettes de sa personnalité, de la rockeuse jusqu’à l’amoureuse blessée.

Vêtue d’un short en jean troué et d’un chandail Def Leppard orné de paillettes, la belle blonde aux cheveux bouclés a embrassé son immense excitation de se produire sur scène aux Francos avec une telle énergie que sa nervosité et fébrilité ne paraissaient aucunement. Mêlant country, folk, pop et rock pour former un son qui lui ressemble totalement, l’auteure-compositrice-interprète a proposé aux festivaliers une incursion dans son journal intime. À l’intérieur de ces confessions qui sont autant libératrices pour nous que pour elle, il est évidemment beaucoup question d’amour, de ruptures, d’échecs et de soif de vengeance. Optant pour une prose à la fois simple et efficace teintée d’autodérision et d’un habile sens de l’exagération, Gabrielle Goulet n’a eu aucun mal à faire embarquer et chanter les spectateurs, même ceux qui n’étaient pas familiers avec les titres proposés!

S’inspirant sans censure de sa génération, la chanteuse aborde une panoplie de thèmes, tout spécialement les conflits conjugaux.  Avec Perdu l’envie, Gabrielle raconte l’histoire d’un couple qui reste ensemble par habitude même s’il n’a plus envie de raviver la flamme. Sur Plus rien à se dire, son nouvel extrait radiophonique, elle explore sensiblement le même sujet mais , cette fois-ci, par le biais d’un couple qui n’ose même pas se dire la vérité en face. Sur la magnifique J’y pense encore, elle se remémore plutôt avec une nostalgie douce amère une ancienne relation. Gabrielle Goulet se permet également de parler des haters sur les réseaux sociaux avec la chanson très juste Dans l’sous-sol. D’une manière plus humoristique, elle affirme son droit d’être méchante avec les garçons qui lui ont brisé le cœur avec Ton Garage. Toujours en empruntant un ton plus léger, elle imagine une vie louche à son voisin pour les bienfaits de Le voisin d’à côté. Évidemment, l’artiste fait aussi des constats pertinents sur le temps qui passe et la confiance en soi avec Comme avant et Elle sait.

Sur disque, la voix de Gabrielle Goulet réconforte et nous enveloppe de sérénité et de vérité. Sur scène, hier, cette voix mélodieuse n’a rien perdu de son charme mais elle a gagné en puissance. La chanteuse s’est donnée l’occasion de laisser exploser son rauque et des notes plus hautes. Au-delà de son talent vocal, elle a transmis beaucoup d’émotions, particulièrement sur Mon cher papa, qui, contrairement à ce que le titre laisse croire, traite d’une relation trouble avec son père qui est incapable de montrer à sa fille qu’il est fier d’elle.

Évidemment, l’une des dernières chansons du spectacle a été le retentissant succès Pas plus que ça , qui a d’ailleurs été le début d’une longue lignée dans les radios commerciales. Ce titre, qui traite d’une relation insatisfaisante perdue d’avance, a fait bouger le public qui ne se faisait pas prier pour chanter les paroles. Encore mieux, avec sa voix chaleureuse et son adorable parlé typiquement ontarien, Gabrielle Goulet a prouvé qu’elle est bien plus que son premier succès.

Crédits Photos : Stéphanie Payez/Éklectik Média

Une pensée sur “Gabrielle Goulet, de rockeuse à amoureuse blessée

  • 13 juin 2018 à 6 h 25 min
    Permalink

    Elle était vraiment bonne. C’était la première fois que je la voyais et j’ai adoré. Nous l’avons rencontré après et elle est aussi sympathique que talentueuse. Merci Gabrielle!!!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *