Halsey au MTELUS, une tempête électrisante !

The following two tabs change content below.

Matthy Laroche

Le MTELUS a été saisi d’une effervescence hautement palpable hier soir par un bain de foule venu acclamer le talent sans équivoque de la chanteuse Halsey. Vous ne la connaissez pas encore? C’est elle qui chante aux côtés de The Chainsmokers sur le méga succès radiophonique Closer. Il est pertinent de savoir que cette dernière a déjà deux albums à son actif, Badlands et hopeless fountain kingdom, ainsi qu’un EP, intitulé Room 93. Avec un son électro-pop bien défini, la chanteuse de 23 ans nous présente sa tournée hopeless fountain kingdom, un concert entremêlant les pièces issues de tous ses albums, avec une voix tout en contrôle et une énergie débordante.

Deux premières parties

Mais avant toute chose, deux premières parties ont servi de mise en bouche à la soirée. Ainsi, la Québécoise RYAN Playground, de son vrai nom Geneviève Ryan Martel, nous a divertis avec ses  arrangements électroniques survoltés. À prime abord, je n’ai pas été convaincu par un début qui n’avait rien de véritablement enlevant, je me demandais même où tout ceci allait aboutir. La deuxième partie de son set, elle, en revanche, a sauvé la mise en gagnant en intensité et a du coup capté toute mon attention. Entendre le monde à l’unisson chanter le réarrangement de My Heart Will Go On était tout à fait génial ! Et que dire des effets de lumières qui semblaient être complètement connectés à la musique.

Ensuite, Sasha Sloan a débarqué sur la scène avec ses deux musiciens. Elle est venue nous présenter les chansons de son EP Sad Girl telles que Normal, Hurt, Runaway et Ready Yet. Malgré une très jolie voix, nous ne l’avons pas sentie tout à fait présente. Ce qui est plutôt regrettable puisque le talent y est. Espérons qu’avec le temps, nous puissions la connaître davantage et qu’elle puisse exploiter un peu plus son identité artistique.

Un charme irrésistible

Après l’entonnement de The Prologue, le rideau de toile rouge s’abaisse et dévoile le clou du spectacle dans un jeu de lumières saisissant. Halsey démarre en trombe avec respectivement Eyes Closed, Hold Me Down, Castle et Heaven In Hiding. Une bonne présence scénique motive le public à suivre le rythme. De toute façon, il est déjà conquis ! La chanteuse est pour les droits de la communauté LGBT+, et on adore ça. En effet, c’est sur la magnifique chanson Strangers qu’elle nous rappelle de faire preuve d’inclusivité. Des images de personnes, tous les genres confondus, en train de s’embrasser s’affichaient en toile de fond. C’est vraiment superbe !

Elle enchaîne avec Walls Could Talk et son succès Bad At Love ainsi que de son tout dernier extrait Alone. Il est rare de voir un public aussi participatif. Vêtue d’un deux pièces bleu poudre, qui fait d’ailleurs un jolie rappel avec ses cheveux bleu marine, Halsey démontre une très grande générosité. Elle a pris le temps de parler à ses fans et de leur expliquer qu’elle a une très bonne mémoire des visages. Elle dit qu’elle tient cela de son père qui lui considérait important de créer des connexions avec les gens, de se rappeler de petits détails qui peuvent grandement faire une différence. Pour Halsey, il est primordial d’appliquer cette mode de pensée avec ses fans, qui lui sont chers. Elle nous a offert une belle version de Closer tout en douceur, en chœur et en symbiose avec le public.

Côté technique, tout y est ! Malgré une toute petite scène, l’équipe de production aura réussi un tour de force en construisant une plateforme en escalier maximisant le plus possible l’espace afin de savamment intégrer l’équipement pour les effets spéciaux. Ainsi, machine à fumée, pyrotechnie, jeux de lumières et projections sur écrans, dont le graphisme impeccable, ont contribué à rendre le concert plus que mémorable. Et n’oublions pas les confettis !

@iamhalsey est en feu ce soir au @mtelus et ne déçoit pas ses fans. #halsey #hfktour 😍

Une publication partagée par Éklectik Média (@eklectikmedia) le

Halsey continue de maintenir la cadence, et nous donne son maximum avec Sorry, Now or Never, Colors, Young God, Is There Somewhere, Gasoline et elle termine avec Hurricane, une pièce de son EP. L’heure et demie, passée beaucoup trop rapidement, passe à travers plus de 18 chansons qu’elle a pu nous interpréter avec une énergie égale. Je ne connaissais pas tant sa discographie et je l’ai vivement regretté. J’aurais adoré chantonner les paroles accrocheuses avec tout le monde je dois l’avouer. Mais une chose est certaine, son charme irrésistible m’a saisi de plein fouet. Je comprends désormais la hype qui l’entoure. Et je vous recommande fortement d’aller l’écouter, ne serait-ce que pour Bad At Love, Strangers ou bien Sorry.

Il faut se rappeler que le Centre Bell avait décidé d’annuler son concert qui était prévu le 3 octobre dernier pour cause de ”contraintes logistiques imprévues à la salle”. Quoiqu’il en soit, même si les ventes ne fonctionnaient pas pour un aussi large public, Halsey peut s’estimer heureuse d’avoir reçu autant d’amour au MTELUS, d’être entourée des vrais. Elle s’est d’ailleurs exclamée ”It was the very intimate place that I played in a long time”. Une preuve que ce ne sont pas les grandes salles qui font la popularité d’un artiste, c’est plutôt les liens créés avec leurs fans.

 

http://www.hfktour.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *