Jipé Dalpé : plus d’une corde à son arc !

The following two tabs change content below.

Stéphanie Payez

Hier soir, aux Francofolies de Montréal, l’auteur-compositeur et interprète Jipé Dalpé était sur la Scène Bell pour nous présenter les titres de son troisième album Après le crash paru en avril dernier et dont on peut y retrouver les noms d’Ariane Moffatt et de Marie-Pierre Arthur au titre de collaborateurs. Un opus qui est le reflet d’une grosse remise en question sur les dernières années qui n’ont pas été chose facile pour l’artiste qui ne pensait même pas être en mesure de remettre les pieds sur scène. Et pourtant …

Accompagné de sa choriste Elyann Quessy et de ses musiciens, Dalpé a réussi à convaincre les plus curieux de braver la pluie en transportant ses textes dans une belle harmonie de guitare et de saxophone, alliant ainsi la pop, le rock et un soupçon de jazz. L’artiste a offert de belles performances, et la chanteuse au loin derrière y ajoutait de belles harmonies et l’énergie nécessaire pour attirer notre attention et souligner sa prestance.

Dalpé s’est montré tantôt vrai tantôt vulnérable à travers ses périodes plus sombres dont cette phrase si marquante:  Ce n’est pas parce qu’il y a des portes qui se ferment que je ne peux pas ouvrir les fenêtres. Celle-ci a fessé assez fort pour nous rester en mémoire, comme la chanson titre de l’album qui a suivi,  Après le crash , et qui est sans aucun doute le moment le plus fort de ce spectacle.

Jipé Dalpé a donc plus d’une corde à son arc et, une chose est certaine, il nous a ouvert la porte vers son univers.

Crédit photo : Stéphanie Payez/Éklectik Média

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *