Katy Perry pour une deuxième fois au Québec

The following two tabs change content below.

Jessica Grenon

Derniers articles parJessica Grenon (voir tous)

Le 9 octobre dernier marquait le deuxième passage en sol québécois de la chanteuse américaine Katy Perry dans le cadre de sa tournée Witness: The Tour. C’est d’ailleurs la première fois que Perry se produisait au Centre Vidéotron de Québec. Le spectacle, prévu initialement pour septembre, a dû être reporté en octobre faute de retard au niveau de la préparation de certains de ses éléments de décors. Il faut dire que l’attente en a valu la peine, en effet, car les spectateurs ont eu droit à de nombreux décors aussi majestueux les uns que les autres durant la soirée! Nous n’avons qu’à penser à l’œil géant, servant d’écran pour projeter diverses animations, qui était tout simplement hypnotisant! C’est avec près de 45 minutes de retard que les lumières se sont enfin tamisées dans l’amphithéâtre, problème technique oblige. Elle se faisait attendre notre Katy!

La première partie de la pop star était assurée par Noah Cyrus, la sœur cadette de la chanteuse Miley Cyrus. Il était d’ailleurs possible de dénoter une grande ressemblance au niveau du timbre de la voix. Cette dernière en a profité pour nous faire découvrir un peu son univers musical, en plus d’offrir des reprises de chansons populaires tels que It ain’t me de Kygo & Selena Gomez et Million Reasons de Lady Gaga. Ce fut une courte présence pour la jeune chanteuse, mais le tout a été très bien exécuté.

©Instagram/Katy Perry

Durant l’entracte, l’écran en forme d’œil s’est ouvert, donnant l’impression que Perry nous observait. Pour la deuxième fois, la salle a été plongée dans l’obscurité et, cette fois, avec une fébrilité plus grande qu’à la première. L’œil nous projetait dans un voyage spatial nous faisant découvrir un monde inconnu, surréel. Puis, nous avons pu distinguer l’air de la chanson titre de l’album de la chanteuse, Witness, pour ensuite voir apparaître la star de la soirée. C’est littéralement un feu roulant de projections et de décors surdimensionnés qui faisaient vivre la scène.

C’est une Katy Perry dans une forme extrême qui incarnait les planches. Basculée dans les airs, tournoyant autour d’un poteau et sautant sur un trampoline, sans même avoir besoin de souffler, la reine de la pop nous prouve bien que nous avons affaires à une professionnelle aguerrie. La foule a eu droit à une artiste avec plus d’assurance au niveau vocal que lors de ses tournées précédentes, gagnant de la justesse à chacune d’elles. Perry a ravi ses fans en chantant ses succès des albums précédents tels que Dark Horse, Teenage Dream, Last Friday Night et Hot N Cold, tous revisités en y ajoutant une saveur électro pop très intéressante.

©Instagram/Katy Perry

À noter que même le fameux Left Shark, rendu populaire grâce à son faux pas au Superbowl de 2015, a fait son apparition sur scène lors de California Gurls. Lors de l’interprétation du titre qui a fait connaître la chanteuse en 2008, I kissed a girl, une énorme bouche gonflable suspendue devant l’écran l’a littéralement engloutie. L’effet était tout simplement génial! De plus, une énorme tête de lion a fait son entrée sur la scène lors du succès Roar ajoutant ainsi une couche de plus aux décors déjà impressionnants. Perry a même interprété Thinking of you, en version acoustique, simplement assise sur une étrange planète qui se déplaçait à travers le Centre Vidéotron parmi une constellation inconnue. Bien sûr, la chanteuse nous a offert plusieurs morceaux de son plus récent album comme Roulette, Déjà Vu, Tsunami, Save as draft et Chained to the Rythm, accompagnée de grands personnages avec des têtes de télévisions. De grosses plantes carnivores ornaient la scène lors de l’interprétation de Bon Appétit. Perry, assise sur l’une d’entre elles, se faisait assaisonner pour finalement y être engouffrée lors de la dernière note.

La chanteuse s’est, tout au long de la soirée, montrée accessible à son public: elle a même fait monter un papa sous les projecteurs pour un duel de basket-ball tout juste avant d’entonner Swish Swish. Pour son rappel, une énorme main gonflable prenait place au bout de la scène. Lorsque cette dernière s’est ouverte, Katy Perry y était pour chanter la célèbre Firework qui termina la soirée sous les feux d’artifices et les applaudissements.

©Instagram/Katy Perry

Mon impression personnelle du show.

Étant fan de l’artiste depuis 2008, j’ai découvert une Katy Perry solide vocalement et en pleine maîtrise de son art. Elle s’est permise un spectacle haut en couleurs et franchement épatant! J’avais cette impression de voyager dans les temps en regardant les mignonnes et éclatées projections qui rappelaient les années 80-90 et le début des animations 3D à l’ordinateur. N’étant pas adepte des chansons que l’on remastérise, j’ai été agréablement surprise de la sonorité de la plupart des morceaux que la chanteuse a revisités, me faisant ainsi redécouvrir les chansons.

À mon humble avis, cependant, il aurait fallu monter le son d’un cran dans l’amphithéâtre et plus principalement celui du micro de Katy Perry. Je ne trouve pas ça normal, dans un événement de cette ampleur, que je puisse parler à ma voisine de siège sans crier et ne pas avoir les oreilles qui bourdonnent en sortant… Ça fait partie des « joies » du spectacle, non?

Le talent vocal et la scénographie sont des choses importantes dans la réussite d’un spectacle et tout ceci y était, mais je suis d’avis que le public y joue pour beaucoup également. Malheureusement, pour ma première visite au Centre Vidéotron, j’ai été plutôt déçue de la foule présente pour la star. Moins enthousiaste que j’imaginais (voire silencieuse!) et plusieurs personnes ont même quitté la salle avant que Perry entame son rappel! Tout ça pour éviter un peu de trafic? Non, mais sérieusement, au prix que tu as payé ton billet, tu assis ton derrière sur ton banc et tu écoutes jusqu’au bout, il me semble? J’ai trouvé cela à la limite irrespectueux.

D’ailleurs, la salle n’était pas remplie à pleine capacité en début de spectacle… Est-ce le prix des billets ou l’annonce tardive de la venue de la star à Québec alors que l’annonce pour Montréal était déjà faite depuis un moment qui en est la cause? Mélange des deux? Bref, j’ai profité de chaque moment offert par la chanteuse, faisant ainsi une provision de souvenirs en attendant sa prochaine visite au Québec!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *