La chute de Sparte : Beautés et terreurs de l’adolescence

The following two tabs change content below.

Comme l’a prouvé le sacre de Junior Majeur dans la catégorie Prix du public au Gala Québec Cinéma il y a une semaine, les films québécois destinés aux adolescents rejoignent avec éclat leur public cible. Quand on ne prend pas les adultes à en devenir pour des imbéciles, qu’on évite les clichés et qu’on traite de leur réalité avec affection et une absence totale de censure, on a le droit à de belles surprises qui restent accrochées au cœur pendant des jours. C’est exactement le cas de La Chute de Sparte , une comédie dramatique signée Tristan Dubois qui est  à l’affiche depuis le 1er juin.

Même si l’oeuvre est inspirée du roman du même nom de Biz, membre de la défunte formation rap Loco Locass qui manie la langue comme pas un, le tout premier visionnement de la bande-annonce laisse septique. Un ado incompris (Lévi Doré) qui en pince secrètement pour Véronique Plourde (Lili-Ann De Francesco), la belle cheerleader, l’ex petit copain- et joueur de football tout étoile- (Karl Walcott) de cette dernière qui est incapable de contrôler sa jalousie et sa colère, des parents obnubilés par leurs occupations professionnelles… Bref, on a l’impression que La chute de Sparte nous sert un film américain sympathique mais qu’on a bien trop souvent vu. Et que la seule pensée de cette sous-estimation nous couvre maintenant de honte!

Biz, qui a co-écrit le scénario avec Tristan Dubois, relate les anodines et tragiques contradictions de cette période trouble qu’est le secondaire avec une liberté rafraîchissante et une poésie complexe remplie d’enveloppantes richesses. Le personnage principal, Steeve Simard, déteste la banlieue dans laquelle il vit. Pour oublier son triste sort, il se réfugie dans les livres. Son imagination fertile lui fait comparer les plus banales situations qui se trament dans son école secondaire à des passages épiques des romans qui ont forgé sa personnalité. Ainsi, les footballeurs deviennent des guerriers. Ces fantasmes sont magnifiquement transposés à l’écran. D’une esthétique impressionnante, ils s’intègrent bien à la trame narrative.

Bien qu’on soit constamment diverti, qu’on s’attache aux personnages et que la trame sonore aux saveurs rap et urban nous revigore, quelques intrigues manquent de substance. Par contre, la finesse et la sensibilité avec lesquelles le poignant rebondissement de l’acte final est amené pallient aux lacunes. Les acteurs ont été très bien choisis. Comme ça fait du bien de voir de nouveaux visages! Tous parviennent à embrasser le ton tragico-comique de l’oeuvre. Ils apportent des nuances crédibles à des personnages qui peuvent parfois paraître caricaturales.

Avec le torrent de géants américains comme Deapool 2, Solo , Oceans’s 8 et Avengers: Infinity War qui pleut  présentement sur les écrans, la compétition s’avère malheureusement trop féroce pour que La chute de Sparte ait une quelquonque chance d’atteindre les 7 chiffres au box-office. Cependant, ses immenses qualités dont son authenticité brut et sa manière de traiter de sujets lourds sans ne jamais tomber dans le pathos finiront sans aucun doute par rejoindre les adolescents et leur entourage lors de sa sortie en DVD.

Ce film est à l’affiche depuis le 1er juin 2018.

Crédits Photos : Filmoption International

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *