Les 55 ans de carrière de Danielle Oderra

Samedi soir, nous avons eu le plaisir d’assister, au Théâtre Outremont, à la dernière représentation de la tournée de Danielle Oderra dans le cadre du 55ième anniversaire de sa carrière.

Une petite salle (100-125 personnes) fort sympathique remplie à pleine capacité pour cette belle célébration.  Avec la présence du bar dans la salle et les petites tables placées ici et là avec un petit lampion, nous nous serions pratiquement cru Chez Clairette.

Vêtue de noir avec une écharpe rouge, madame Oderra s’est présentée sur scène avec son regard serein, les yeux toujours aussi pétillants.  Elle a commencé son tour de chant avec Un si joli pays de Sylvain Lelièvre.  Avec son accent marseillais toujours présent, elle nous a raconté la fin de la Deuxième Guerre mondiale, qu’elle a connue puisqu’elle avait 5-6 ans. Ensuite, ce fut son arrivée à Montréal, au début des années 60, où elle a rejoint sa sœur Clairette qui l’a invitée à se joindre à elle dans sa petite boîte à chansons où elle a fait la connaissance de Sylvain LelièvreFélix Leclerc, Claude Léveillé, Gilles VigneaultPierre Létourneau, Pierre Calvé et où se sont également présentés, entre autres,  Charles Aznavour, Pierre Roche, Jacques BrelPhilippe Clay et Barbara.

Entre ses péripéties, elle nous a interprété plusieurs de ses chansons dont Mon cinéma d’enfant, qui a été écrite pour elle par Eddie Marnay et Sylvain Lelièvre, avec qui elle a entretenu une très belle amitié jusqu’à son décès en 2002. De sa voix parfois chevrotante, elle nous a fait entendre M. Charlie Chaplin ainsi qu’un pot-pourri d’Edith Piaf composé de  La foule, La vie en rose, Mon manège à moi, Hymne à l’amour et Padam Padam. Danielle nous a aussi fait entendre un extrait audio d’un poème lu par Clairette ainsi qu’un succès de BarbaraDrouot.

Elle nous a rappelé la grande amitié qu’elle et Clairette ont connue avec Jacques Brel qui l’a choisie en 1964 pour faire sa première partie à la Comédie Canadienne ainsi que de tous ses autres spectacles puisqu’il nous rendait fréquemment visite au Québec. Elle nous a récité son poème de Noël sur Jésus qu’elle a fait suivre de Quand on a que l’amour.  En fouillant dans tous ses souvenirs, elle nous a lu la dernière lettre que monsieur Brel avait écrite à Clairette, le 17 avril 1978, alors qu’il est mort  le 9 octobre 1978.

On a pu se rappeler sa prestation dans le rôle de Fannie lors de la présentation de Marie-Luce de Marcel Pagnol au Télé-Théâtre de Radio-Canada, rôle qu’elle a obtenu en audition avec Robert Gadouas et Jean Faucher grâce à son chaud accent marseillais.

Elle nous a bercés avec la chanson de Gilles Vigneault et Claude LéveilléLe rendez-vous. Il faut dire que chacune de ses interprétations a été accueillie avec de chauds applaudissements de la part des spectateursSon pianiste, Benoit Sarrazin, a également été chaudement applaudi lorsqu’elle nous l’a présenté. Elle a jumelé les deux 45 tours qu’elle a enregistrés pour nous faire entendre Faites-moi la cour et L’amour tendre qui durent depuis 44 ans.

Le clou de la soirée fut lorsqu’elle nous a surpris avec son interprétation de la pièce de Christophe Maé Il est où le bonheur qu’elle a interprétée en pot-pourri avec la très belle chanson de Luc De LarochellièreSi fragile, avec laquelle elle a terminé son tour de chant, avant de nous revenir en rappel pour sa prestation de l’incontournable Quête de Jacques Brel.

Nous attendrons avec impatience le spectacle soulignant le 60ième  anniversaire de carrière de madame Oderra.  Bravo Danielle Oderra !

Crédits Photos : Courtoisie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *