Noël,une tradition en chanson : Noël, simplement

The following two tabs change content below.

Fort de son succès de l’année dernière, le spectacle Noël, une tradition en chanson retrouve, pour une deuxième édition, les Québécois qui ont encore bien ancré en eux la magie des Fêtes. Jusqu’au 23 décembre, Emilie-Claire Barlow, Johanne Blouin, Yves Lambert, Michel Louvain, MichaëlRenée MartelDavid Thibault et Annie Villeneuve s’imprègnent avec bonheur et talent de l’esprit de Noël. Hier, ils célébraient à l’Étoile Banque Nationale du Quartier DIX30 de Brossard dans le cadre d’une supplémentaire.

Sous la direction musicale de Jacques Roy et la mise en scène de Joël Legendre, les 8 artistes, tous vêtus sublimement, évoluaient dans un décor réconfortant qui, avec sa dizaine de sapins de diverses tailles ayant des lumières comme unique ornement, rappelait davantage un doux sentier de neige que l’opulence extravagante d’un d’un village de centre d’achats.

Les pièces sélectionnées, allant de 23 décembre à It’s the most wonderful time of the year, n’ont pas réservé de grandes surprises ou de liens narratifs originaux, mais elles ont été livrées avec aplomb et ne manquaient pas de rallier un large auditoire. À l’instar du titre du concert, le travail de Joël Legendre ne sortait aucunement des conventions qui régissent ce genre d’événement artistique.

On a droit à une pincée de chansons offertes collectivement, quelques duos, un bon nombre de numéros solos et à des medleys, tous commençant et se terminant  pratiquement avec la même mécanique ennuyeuse et prévisible : l’artiste arrive sur scène, parle un peu, chante et repart pour laisser la place au prochain. En début de parcours, cette sensation de froideur a quelque peu dérouté le public qui se contentait d’applaudir et de chanter machinalement. Les subtiles interventions brillamment ficelées d’Annie Villeneuve, Yves Lambert et Michel Louvain pour inciter les spectateurs à embarquer plus activement ont finalement porté fruit au bout de quelques notes hautes et d’accordéon dynamique.

Lors de la finale du premier acte, les chanteurs sont restés sur la scène afin de servir de choristes. Dommage que cette sorte d’initiative n’ait pas été employée tout au long du spectacle car elle permettait de mieux ressentir la sincère complicité unissant les artistes. Même si quelques fausses notes et oublis de parole ont ponctué la soirée, bien des moments de grâce ont satisfait la foule. Impossible de résister à la joie contagieuse de Michel Louvain qui, avec ses petits sautillements d’excitation et son chandail de Noël, a offert un medley sur l’hiver teinté de spontanéité et de rires. Technicienne hors pair, Johanne Blouin a attaqué des classiques ambitieux comme L’enfant au tambour avec une intensité et un naturel époustouflants alors qu’Emilie-Claire Barlow a séduit avec son jazz raffiné sur Sleigh Ride.

Les voix d’Annie Villeneuve et Emilie-Claire Barlow se mariaient à merveille sur une version franco-anglaise de Have yourself a merry little Christmas et Douce nuit de Noël. Par contre, la palme du duo le plus ahurissant de la soirée revient sans contredit à Johanne Blouin et Michaël sur The Prayer. L’émouvante puissance de leur spectre vocal a attiré une ovation plus que méritée. Avec Glory Alléluia, Annie Villeneuve, d’une forme resplendissante a, de son côté, démontré que le gospel lui va à ravir.

Nul doute que, avec des salles bien remplies et une impressionnante brochettes d’interprètes à son actif, Noël, une tradition en chanson s’enligne pour, lui aussi, en devenir une incontournable. Jugez par vous-même en vous procurant des billets ici! 😉

Crédits Photos : Stéphanie Payez/Éklectik Média 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *