Oxfam-Québec : Un succès pour la 5e édition de Rire et Agir

The following two tabs change content below.

Cette 5e édition de Rire et Agir de Oxfam-Québec avait lieu, hier, au Théâtre Saint-Denis et réunissait de talentueux humoristes, mais également plusieurs gens d’affaires et un public venu appuyer les démarches sociales que prône Oxfam-Québec depuis maintenant 45 ans. L’animation était tenue cette année par Jean-Philippe Wauthier. Ce dernier favorisait la transition entre chacun des humoristes et, par le fait même, guidait le public au fil de la soirée.

© Angeline Gosselin | Photographe

Le premier à fouler les planches était nul autre que Billy Tellier, qui a fait un numéro sur son rôle de parent de deux enfants et du fait qu’il est fatigué. Si vous ne savez pas ce que c’est que du méconium, demandez-lui, il aura une histoire fabuleuse à vous raconter à ce sujet! Par la suite, c’est Maude Landry qui a pris place sur les planches. Cette artiste de la relève fait rire par son attitude « nonchalante » et sa vision décalée de la vie. Elle a fait voir au public le cheerleading d’un autre œil, tout ça en achetant du chocolat aux amandes! Puis, elle a parlé du temps des Fêtes qui sert seulement à nous empêcher de tomber en dépression. Elle a également abordé un sujet qu’elle considère elle-même comme tabou : les menstruations. Cela lui a valu plusieurs rires. L’enchaînement s’est fait par la venue d’Eddy King qui nous a mentionné que cela faisait plusieurs années qu’il n’était pas retourné dans son pays natal, le Congo. Nous spécifiant que l’un de ses cousins en est d’ailleurs le président et se comparant à lui ainsi qu’aux autres membres de sa famille qui sont médecins, notaires, etc., il nous a révélé qu’il était qualifié de clown parmi les siens. Lui aussi papa, Eddy a mentionné qu’il ferait tout pour ses enfants… mais que ces derniers lui seraient redevables éternellement.

© Angeline Gosselin | Photographe

Avant de nous laisser pour l’entracte, c’est Martin Petit qui est venu animer la foule. Le vétéran de l’humour, maintenant âgé de 50 ans, nous disait que les publicités ne l’atteignent plus, puisqu’il ne fait pas partie de la clientèle cible. Il a par ailleurs tenté d’adhérer à la « mode » végane, mais ce dernier souhaitait avoir l’option « avec ribs » dans son alimentation. Il a aussi abordé la réalité des réseaux sociaux et les gens qui s’y vantent de leurs exploits sportifs, alors que « tout le monde s’en fout de ton temps de course au marathon! » certains spectateurs se sont reconnus. Il y a eu plusieurs éclats de rire tout au long de son moment sous les projecteurs, surtout lorsque Martin a parlé des journées thématiques: lorsqu’il est en voyage, pour lui c’est « non »! Le retour de l’entracte a été lancé avec force par Dominic Paquet qui a concentré son numéro à parler de l’invention (et du manque de logique) du calendrier que nous connaissons. Bien sûr, c’est en personnifiant de vieux fermiers « qui ne comprennent rien » et le fameux vendeur de calendrier que l’humoriste s’est mérité l’hilarité du public s’esclaffant devant la scène qui se déroulait à un rythme effréné. L’avant-dernier numéro de la soirée a été assuré par Sinem Kara qui a d’abord débuté sa carrière en tant que comédienne, puis qui s’est finalement tourné vers l’humour. La jeune femme d’origine Turque a principalement basé son numéro sur l’adaptation des immigrants au Québec, qui, pour elle, a entre autres passé par des vêtements Babyfat.

© Angeline Gosselin | Photographe

Pour conclure cette soirée en beauté, c’est nul autre que Neev, l’humoriste qui assure la première partie du spectacle de Louis-Josée Houde,  qui a fait son entrée sur scène! Peut-être l’avez-vous déjà vu au Bordel Comédie Club également, sinon, il est à voir assurément. Les spectateurs ont eu droit à un numéro rythmé au quart de tour qui punche et qui est livré avec assurance. L’anecdote lors de son activité d’équitation en couple avec son cheval nommé Agathe était tout simplement savoureuse. De plus il a parlé du plaisir qu’il avait d’aller dans des tout inclus et son expérience avec un cafard était hilarante! On pouvait très bien imaginer la scène puisque Neev personnifiait les employés de l’hôtel qui sont venus à son secours.

L’ordre d’apparition des humoristes a bien été pensé et, au final, c’est une belle soirée d’humour alliant relève et vétérans à laquelle nous avons eu droit, en plus d’encourager cette cause sociale importante. D’ailleurs, si vous voulez en apprendre plus sur Oxfam-Québec, je vous invite à visiter leur site internet juste ici. En souhaitant une 6e édition tout aussi colorée que celle-ci!

Crédits photos : Angeline Gosselin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *