« Au pied du lit de mon père », une pièce poignante!

The following two tabs change content below.

Matthy Laroche

Derniers articles parMatthy Laroche (voir tous)

Samedi dernier avait lieu l’une des représentations de la pièce de théâtre « Au pied du lit de mon père », une comédie-dramatique écrite et scénarisée par le comédien Jocelyn Blanchard. Le tout est présenté jusqu’au 25 août prochain au Théâtre du 450 de Longueuil.

L’histoire se déroule au début des années 2000, « 2002, peut-être. Ou 2004, peu importe », explique l’auteur dans la brochure de programmation. Elle raconte la rencontre entre un père (interprété avec brio par André Lacoste) et son fils, Philippe (incarné incroyablement par Jocelyn Blanchard). Ce dernier rend visite à son paternel dans son tout petit appartement, situé au cœur du village, afin de l’aider financièrement, mais tout autant afin de s’aider lui-même dans sa quête visant à se comprendre et à renouer avec son amour filial qui, de façon ironiquement normale entre un père et son fils, ne s’exprime qu’à demi-mots, dans le malaise des rapprochements affectifs et émotionnels. Toute l’intrigue se déroule ainsi dans le logement du papa, séparé, on le comprend tôt dans la pièce, de la maman de Philippe. On ne sait trop comment ni pourquoi il se retrouve dans cette galère, à devoir de l’argent ici et là, à n’avoir que quelques bières dans son réfrigérateur et à peine de quoi se mettre sous la dent, mais Philippe est investi à vouloir le comprendre. Il prend conscience tranquillement, non sans peine et bien malgré lui, que son père vit, dans l’isolement et la pauvreté, une profonde solitude. Les spectateurs jouant le rôle d’un des murs de l’appartement du père assistent ainsi à d’émouvantes scènes, tantôt silencieuses, tantôt parsemées de phrases incomplètes, mais qui décrochent tout de même le rire général de l’assistance tant elles veulent tout dire. À tâtons, lentement, mais sûrement, les deux personnages se livrent à des dialogues plus élaborés en créant, de la vie et du sport, de dynamiques métaphores. Les deux protagonistes s’ouvrent donc l’un à l’autre, dans une beauté inébranlable et émotive.

Mention spéciale à une précieuse aide à la mise en scène de Charles Gaudreau qui nous permet de nous immerger dans les récits respectivement touchants des deux personnages et aux magnifiques insertions musicales par Benoît Archambault qui nous bouleversent astucieusement tout au long de la soirée.

Au pied du lit de mon père est sans nul doute une pièce poignante qui frappe là où ça fait mal, pour nous faire du bien à l’âme et au cœur. C’est du théâtre émouvant et réconfortant à la fois, bref, du théâtre comme on l’aime! Je vous la recommande vivement. Cliquez ici pour de plus amples informations, faites vite!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *