Le retour de Cavalia à Montréal, une odyssée féerique!

The following two tabs change content below.

Matthy Laroche

© Photo courtoisie de Cavalia

Il y a quelques mois, l’annonce du grand retour inattendu d’Odysséo, le spectacle équestre sensationnel, a fait beaucoup parler de lui. L’événement unique en son genre de la troupe culte Cavalia, dirigé par Normand Latourelle, a décidé cette fois-ci d’asseoir le chapiteau blanc, considéré comme l’un des plus grands au monde, directement à l’entrée du pont Jacques-Cartier à Montréal. Un emplacement somme toute idéal. Mercredi dernier était soir de première, là où a été conviés vedettes, médias et spectateurs à se joindre à la fête, fébriles de découvrir ou bien de redécouvrir l’odyssée mythique. Si cela fait plusieurs années qu’elle n’a pas foulé le sol montréalais, la troupe célébrant ses quinze années d’existence nous revient plus en forme que jamais, fin prête à nous éblouir de mille feux avec leurs soirées magiques et fantaisistes !

Les rideaux se lèvent, nous sommes dès lors bouche-bée à la simple vue d’un décor majestueux et enchanteur. Un départ en douce où l’on y aperçoit des chevaux trotter gaiement dans un champs, accompagnés de leurs cavaliers. La magie a vraiment opéré à partir du troisième numéro, là où nous avons pu constater toute l’ampleur de la réputation de la troupe. Un délicieux et rythmé mélange constitué d’acrobates exécutant des pirouettes défiant pratiquement les limites physiques humaines, d’échassiers urbains sautillant avec grâce et de chevaux se livrant à des sauts à obstacles. Le tout dans une belle chorégraphie réglée au quart de tour. Des numéros circassiens de haut calibre ont tapissé la soirée, entremêlées de séries de performances équestres à couper le souffle !

© Photo courtoisie de Cavalia

Odysséo, c’est un phénomène; une expérience ! Sans équivoque un aller simple vers une destination surréaliste. Tout est savamment pensé pour toucher les spectateurs droit au cœur, qu’il s’agisse de la direction musicale impeccable de Michel Cusson, créant une symbiose parfaite aux chorégraphies et aux magnifiques projections ou bien de l’immense écran qui affiche des paysages pittoresques. Sans parler de l’immense scène qui permet d’accueillir un nombre assez élevé de chevaux en même temps. Le chapiteau en lui-même est un véritable tour de force en matière de technologie scénique. Sans trop vouloir vous en révéler, des surprises vous attendent au niveau des changements des décors, nous nous demandons parfois comment ils ont fait pour inclure tout cela dans un seul et même chapiteau. Chacun des numéros nous transportent vers un lieu différent, tantôt dans la savane africaine, tantôt dans le désert du Sahara, en passant par les glaciers nordiques.  Vraiment impressionnant à voir !

En tout, c’est 70 chevaux, tous des mâles soit dit en passant, qui paradent fièrement aux côtés d’une cinquantaine d’artistes (acrobates de sol, cavaliers, acrobates aérien, danseurs et musiciens). Et si vous vous inquiétez du sort des chevaux durant les représentations, sachez simplement que nos amis ne sont pas amenés à exécuter des prouesses impossibles et dénuées de sens. Les chevaux ne font qu’être des chevaux, et rien de plus. Les acrobates et leurs compagnons équins, côte à côte, jouent, dansent et galopent, dans un respect mutuel indéniable. Le public assiste au résultat du profond travail de confiance entre l’humain et le cheval. Si un cheval divague quelque peu, il n’y a aucune pression qui lui est donnée, même que le public trouve ça charmant.

Mention spéciale pour le numéro où une femme dirige à elle seule son troupeau de onze chevaux. Elle joue avec eux, les fait se tournoyer sur eux-mêmes, uniquement par le son de sa voix. Quand on parle de lien de confiance avec l’animal, c’en est tout un exemple !

© Photo courtoisie de Cavalia

Une performance éblouissante d’une durée approximative de deux heures (avec un trente minutes d’entracte), qui vous colle au siège assurément. Ne ratez surtout pas votre chance d’assister à ce fabuleux événement. Des supplémentaires ont d’ailleurs été ajoutées. Vous avez jusqu’au 3 septembre pour vous procurer vos billets. Un spectacle qui vaut le détour pour ses effets visuel saisissants, sa musique et ses performeurs sur deux et quatre pattes extrêmement talentueux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *