Le retour de l’éblouissante Kiesza

Vendredi soir dernier, la rouquine Kiesza, reconnue pour son succès planétaire Hideaway, était de passage à Montréal dans l’intimiste salle du Petit Campus à Montréal afin d’y présenter son nouveau matériel. Avec la pièce Sweet Love et la sortie imminente d’un nouvel album, Kiesza est bel et bien de retour, après des années difficiles qui l’a forcée à mettre sa carrière musicale sur pause à la suite d’un accident de voiture lui causant des traumatismes importants au cerveau.

En 2014, les étoiles étaient toutes alignées pour elle alors qu’elle avait frappé directement dans le mille avec les sonorités électro-house et le refrain accrocheur de Hideaway. La magie résidait également en son clip avec son plan-séquence démentiel et une chorégraphie survoltée; ce qui n’a laissé personne indifférent à l’époque.

D’emblée, nous nous serions attendus à un concert bouillonnant, rythmé et au visuel coloré; à l’image même de ce que nous avons vu de l’artiste par le passé. Et pourtant, rien de ça, rien ! Kiesza est entrée en scène, tout sourire, sans trompettes ni tambours, s’installant confortablement sur son tabouret. Elle était accompagnée uniquement de son guitariste. Ce qui donne visiblement le ton à cette soirée qui promet d’être à la fois sobre et efficace.

Elle a toutefois prouvé, avec ce concert d’une durée de soixante-quinze minutes, qu’elle n’avait pas besoin de rembourrage pour nous offrir une soirée plus que mémorable; sa voix juste et claire suffisait largement. Le virage épuré a permis de s’immiscer dans son intimité plus que jamais. D’ailleurs, et c’est ce qui fascine, c’est sa facilité à se lier d’amitié avec son public, elle a besoin de se sentir proche de lui. Vêtue d’un par-dessus rose, elle leur parle comme si elle était dans son salon en bonne compagnie. Elle a entamé de belle façon avec Heart Shaped, armée de son ukulélé, et continue avec Giant In My Heart, au grand plaisir des fans de premières lignes présents sur place.

 

Pendant la soirée, elle s’est livrée sur son accident qui lui a causé des traumatismes au cerveau. Elle raconte avec une pointe d’humour que son cerveau, par moment, n’en faisait qu’à sa tête. Ce qui lui a donné l’idée d’écrire la magnifique My Head’s Fucked Up. Nous ne pouvions qu’apprécier davantage le travail de l’artiste en pensant à tout ce qu’elle a traversé ainsi que la résilience dont elle fait preuve. C’est dans une énergie tranquille qu’elle poursuit avec la touchante Goodbye, chanson qui évoque le décès d’un de ses amis.

Malgré une soirée globalement calme, ça ne l’a pas empêchée de faire bouger un peu son public avec Losin’ My Mind et You’re The Best. En les invitant à chanter les refrains avec elle, cette dernière a réussi à créer une ambiance enveloppante et énergique, et ce, même si la salle n’était pas pleine à craquer. Pour respecter le ton, sa douce revisite de Hideaway était tout à fait sublime. Elle termine avec Sweet Love, dont l’excellent clip est sortie il y a deux semaines. Alors qu’elle est déçue que son concert se termine aussi rapidement, elle promet qu’elle allait revenir très bientôt.

Kiesza a quitté la scène comme elle y est entrée, tout sourire, sans trompettes ni tambours. Son retour s’annonce évocatrice d’une maturité artistique et d’une belle sagesse et nous avons eu l’occasion de découvrir une toute autre facette de l’artiste. Le public en redemandait, elle est donc réapparue sur scène pour lui offrir un court extrait de Sound Of A Woman, émue que son passage parmi nous ait fait du bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *