Roxane Bruneau au FEQ 2019 : une dysphorie qui cause l’euphorie!

The following two tabs change content below.

Marie-Claude Lessard

Derniers articles parMarie-Claude Lessard (voir tous)

Faisant carrière dans la chanson depuis près de seulement deux ans, Roxane Bruneau, qui s’est d’abord fait connaître avec son hilarante et inspirante chaîne YouTube, sillonne les villes du Québec avec son premier album couronné de succès, Dysphorie. L’accueil des fans, qui se reconnaissent dans sa vérité et ses valeurs contemporaines, est à des années lumières de la signification du titre de l’album. Il suffit d’assister à l’un des concerts de la jeune femmes pour tout saisir de l’ampleur du phénomène. Et ça s’est passé mercredi dernier au Festival d’été de Québec.

Alors que des DJ et des prodiges du blues se produisaient sur les scènes extérieures, l‘Impérial Bell était sans surprise bondé pour accueillir pour la deuxième fois en moins de 5 mois la sensation pop rock de l’heure. Elle-même ébahie par cette vague d’amour de la part d’un public de 7 à 77 ans extrêmement participatif et respectueux, elle a fait la demande en début de spectacle de limiter au minimum l’utilisation des cellulaires. Une initiative audacieuse et étonnante de la part d’une artiste gagnant principalement sa vie grâce aux réseaux sociaux. Lors de son passage précédent à l’Impérial, Bruneau a été  si sidérée par la quasi-absence de téléphones intelligents et de la connexion humaine qui en découlait qu’elle a espéré pouvoir reproduire la même chose cette semaine. Pari tenu qui a crée une rafraichissante démarcation entre l’expérience scénique et les vidéos viraux.

Son énergie franche et spontané n’a évidemment pas tardé à faire vibrer la salle. Accompagnée de musiciens aussi vigoureux et talentueux dont une percussionniste qui martelait  avec fougue et passion (mention spéciale à la colorée caisse à l’effigie de la chanteuse), Roxane Bruneau a affiché une splendide forme vocale en plus de démontrer davantage de contrôle et de sensibilité ; les émotions véhiculées n’en étaient que plus sincères.

La mise en scène de l’humoriste Martin Cloutier a permis à la chanteuse de mieux équilibrer ses interventions comiques. Ses anecdotes se sont avérées plus concises, précises et efficaces. Le public était suspendu à ses lèvres du début à la fin. Une magie indescriptible se développait quand Roxane interprétait ses textes aux thématiques plus lourdes comme Notre belle démence qui raconte une relation amoureuse malsaine et Le secret qu’elle a partiellement composé à 12 ans et qui aborde la violence conjugale à travers les yeux d’une innocente enfant. Pendant les interprétations dynamiques de Seuls ensemble, J’pas stressée, Des p’tits bouts de toi et Le blues du musicien, on entendait davantage les spectateurs que la vedette elle-même, mais ce n’était aucunement frustrant tant cette enthousiasme accru dégageait une jubilatoire atmosphère de défoulement.

Roxane Bruneau poursuit sa tournée des festivals tout l’été. Cliquez ici pour toutes les dates!

Crédits Photos : Stéphanie Payez, Éklectik Média 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *