Santa Clarita Diet : une suite satisfaisante!

L’année dernière, nous avons eu droit à une belle surprise avec la sortie de la comédie noire Santa Clarita Diet sur la plateforme Netflix, une série dans laquelle nous retrouvons Drew Barrymore aux côtés de Timothy Olyphant. Cette série rafraîchissante, réalisé par Victor Fresco, est une petite friandise pas trop compliqué et idéal à écouter après une grosse journée au travail. Bonne nouvelle, la seconde saison est enfin disponible. Est-ce que cette suite tant attendue rend justice à une première saison qui a joui d’une belle réception? La question se pose, car, bien que satisfaisante, cette deuxième saison a préféré demeurer prudent en ne sortant pas du cadre établi, c’est-à-dire, l’absurdité. Cependant, elle a oublié d’offrir quelque chose de plus éclatant, ce petit « wow » qui nous amène à dire :  « oui, ils ont osé faire ça! ». Au moins, cette suite ne tombe pas dans le grotesque. Mais est-ce assez pour combler les fans?

Pour ceux et celles qui n’ont pas encore écouté la série, l’histoire est toute simple (et nous vous conseillons vivement de la regarder). Les mariés Sheila (Barrymore) et Joël Hammond (Olyphant) travaillent ensemble en tant qu’agents immobiliers et mènent une vie quasi-parfaite avec leur adolescente Abby (Liev Hewson). Mais toute leur vie bascule quand Sheila devient mystérieusement une morte-vivante dégourdie et affamée de chair humaine. La famille tente de trouver un moyen de calmer ses envies meurtrières et de cacher cette malédiction à leurs voisins un peu trop curieux.

©Netflix, Santa Clarita Diet, 2018

Alors que, pour la première saison, les protagonistes tentaient par tous les moyens de trouver un remède pour  la condition de Sheila, cette fois-ci, la famille Hammond tente désespérément de retrouver une vie de famille décente ainsi qu’une carrière professionnelle prospère, tout en prenant en compte les besoins particuliers de Sheila. Bien entendu, cela demeurera difficile pour eux de trouver cet équilibre.

Malheureusement, la nouvelle avenue que prend la série apporte une certaine lenteur. L’histoire avance, mais pas tant que ça. À dire vrai, les situations dans lesquelles se mettent le couple ne nous surprennent plus, car c’est du pareil au même. Nous avançons en catimini avec le mystère entourant la malédiction dont Sheila est affligée. Nous nous rendons compte que cette dernière n’est peut-être pas la seule personne au prise avec ce problème, ce qui apporte certes un côté intéressant au schéma narratif. Nous aurions adoré malgré tout que Fresco mette la barre un peu plus haute, notamment au niveau des blagues et des situations loufoques qui n’atteignent pas toujours la cible.

 

Alors que Barrymore continue de surjouer son personnage (à mon grand désarroi), les mimiques et les répliques cinglantes de Olyphant réussissent à rectifier le tir. Il faut saluer les belles performances de la jeune Hewson et du jeune Skyler Gisondo (que nous avons pu voir dans le film Vacation). Un lot de personnages attachants, mais dont nous voudrions les voir plus étoffés… sans doute pour la saison 3.

Sans s’esclaffer incessamment, les dix nouvelles épisodes de Santa Clara Diet offrent un divertissement certain. L’environnement à la fois propre et gore rend la série unique en son genre. Cette production Netflix gagne à être connue, mais nous aimerions un peu plus de mordant pour la suite des aventures de la famille Hammond.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *