Salon de la musique : une recette miracle pour l’écriture d’une chanson….

Vendredi, le 7 juin, j’ai pu assister, dans le cadre du Salon de la Musique qui se tient présentement au Stade Olympique, à une conférence sur l’écriture d’une chanson intitulée Anatomie d’un hit présentée sous forme de rencontre animée par Martin Véronneau à laquelle ont participé Steve Marin, Patrick Bouchard, Amé et Frédérick Baron.

Pour vous mettre un peu dans le contexte, il faut savoir que Steve Marin est l’auteur-compositeur entre autres de Qu’est-ce que tu dirai, interprétée par les 2 Frères et  produit par Mario Pelchat qui lui a valu le prix de la Socan pour la chanson de l’année en 2017. « Souvent, les gens croient que les interprètes écrivent leurs propres chansons donc ils ne prennent pas toujours le temps de découvrir qui en sont les véritables auteurs. Ces récompenses nous permettent donc d’avoir un peu d’exposition et de faire parler de nous dans les médias. Ça permet ultimement d’avoir d’autres contrats et de souligner notre travail. » selon Steve Marin. Il est devenu maître dans l’art de travailler dans l’ombre.

Quant à Patrick Bouchard, créateur du groupe anglophone Silent Soul, il a été  pressenti , en 2005, par Marie-Mai pour faire partie de son équipe de tournée en tant que guitariste, une collaboration qui les amènera à participer aux cérémonies de clôture des Jeux Olympiques de Vancouver. En 2011, il fonde le studio WaZaBi afin de “mettre en valeur la créativité d’artistes indépendants qu’il juge trop talentueux pour rester dans l’ombre”. Il n’y a pas si longtemps, il a travaillé avec Fred St-Gelais à l’enregistrement, la prise de son et le mixage de l’album de Ludovick Bourgeois.

Pour ce qui est d’Amélie Larocque , maintenant connue sous le nom d’Amé, elle a été choisie en 2017 pour participer à une semaine intensive d’écriture en France,  Les Rencontres d’Astaffort. Un événement lancé par nul autre que Francis Cabrel. En 2016, elle s’est mérité un Félix au Gala de l’ADISQ pour la chanson Ton départ interprétée par Marc Dupré. Elle est également l’auteure de chansons popularisées notamment par les 2Frères, Jérôme Couture, Renée Wilkin et Annie Blanchard. Elle a également sa propre maison de disques.

Finalement, Frédérick Baron qui est principalement un auteur, a travaillé en collaboration avec Céline Dion, Marc Dupré, Florence K, Jean-Francois Breau, Steve Marin, Zucchero et beaucoup d’autres qui ont mis ses mots en musique alors que Roch Voisine, Petula Clark, Mario Pelchat, Garou, Bruno Pelletier, Nadja, Lara Fabian, Marc Dupré, Laurence Jalbert, Ginette Reno, Marc Hervieux, et bien d’autres ont chanté ses mots.

Maintenant que vous connaissez un peu plus les quatres personnages, revenons à la conférence, et la première question qui leur fut posée par Martin Véronneau était :

C’est quoi une bonne chanson?”

C’est beaucoup et peu. Un tas de facteurs font qu’une chanson sera bonne ou non. En tout premier lieu,  il faut penser à l’artiste et  au public, au créneau recherché,  à la mélodie, au texte. Si on réussit à faire frissonner quelqu’un en entandant la chanson, c’est un succès presque assuré.

Existe-t-il une recette miracle?

Non, il n’existe pas de recette miracle. Une chose est certaine, une bonne chanson est le résultat d’un travail d’équipe. Une bonne équipe est formée de

  • La maison de disques

  • Gérance (intérieure et extérieure)

  • Édition

  • Tracking de la radio

  • Relation de presse

  • Gestion des réseaux sociaux, qui prend maintenant de plus en plus de place.

Il faut se rappeler que les meilleures chansons ne font pas toujours un hit et peuvent flopper , et qu’une chanson dont on dit seulement qu’elle a de l’allure, peut, elle, devenir un hit retentissant.

Y a-t-il une façon plus efficace qu’une autre d’écrire une chanson?

Dans certains cas, l’auteur et le compositeur vont travailler à une chanson ensemble, en même temps. Par contre, d’autres, autant auteurs que compositeurs, préféreront travailler seuls sur une musique ou un texte déjà écrit ou de partir de zéro. Dans tous les cas, l’inspiration et la spontanéité sont importantes.

Être auteur compositeur donne beaucoup de place à la liberté, autant dans la discipline de travail que dans l’écriture même d’une chanson. L’important, c’est que le bon mot soit sur la bonne note ou que la bonne note soit appliquée sur la bonne consomme du mot.

Écrire une chanson, c’est comme être un designer. Il y a la haute couture qui s’applique lorsque l’on fait une chanson sur commande d’un artiste en particiulier, et il y a le prêt-à-porter, une chanson que l’on écrit juste parce qu’elle nous vient en tête comme ça ou à la suite d’une inspiration qui a frappé l’auteur et/ou le compositeur, et qu’un artiste s’adonne à l’entendre et pense qu’elle lui convient, ce qui peut ou ne peut pas être le cas.

Le timing est également très important; c’est ce qui semble avoir été le cas pour la chanson Léo Gagné, un succès des 2 Frères, écrit par Amé.

On a remarqué, ces dernières années, avec la nouvelle génération, que la musique prend plus de place et que la magie des mots était moins importante, on se dit que si une chanson est trop difficile à assimiler, le public va décrocher. Est-ce vraiment le cas ?

 “Qu’en est-il du processus d’écriture “?

Frédérick avoue, en toute honnêteté, être un oiseau de nuit. Il s’imprègne plus facilement de la chanson, mais ça dépendra aussi de l’artiste pour lequel il écrit, et aussi du thème. Quant à Amé, celle-ci a admis ne pas avoir de rituel en ce qui concerne le thème. Étant donné qu’elle écrit principalement les paroles pour certains interprètes sur la musique qui lui est fournie, elle n’a pas de préférence. Pour ce qui est de Patrice, il préfère être en présence de l’artiste ou d’une tierce personne. Un programme prévu ne fait pas nécessairement une bonne chanson, il ne faudrait pas que le domaine de l’écriture d’une chanson devienne une ‘machine à chansons’. Il faut de plus se rappeler qu’une bonne musique n’est pas nécessairement bonne pour tous les mots, et vice versa. Steve, lui, nous a dit qu’il n’avait aucun rituel ; il lui est déjà arrivé de s’être inspiré du titre que l’album devait porter pour les chansons. Il s’est aussi déjà laissé porter par le romantisme de l’artiste comme point de départ.

Est-ce plus difficile d’écrire pour les autres ou pour soi-même”?

Toujours dépendamment du thème, le niveau de difficulté ou de facilité est le même si on écrit pour un tiers ou si on écrit pour soi. L’authenticité est toujours recommandée. On peut aussi se permettre de revisiter des succès du passé, un peu comme on ramène une longueur de robe ou une couleur à la mode.

Bref, nous nous sommes rendus compte que derrière un artiste et le succès qu’une chanson lui apporte, il y a toute une machine dont on ne réalise pas la présence, et que, de plus en plus, ce métier d’auteur-compositeur a besoin d’être mis en lumière pour une plus vive reconnaissance à leur égard. De grands pas ont déja été faits, si on pense aux récompenses qui leurs sont maintenant données lors de différents galas, mais ce n’est pas encore gagné.

Le Salon de la Musique se terminera dimanche le 9 juin, sur la prestation d’un tas de vedettes, dont Yoan, les 2 Frères et Wilfred LeBouthillier, toujours au Stade Olympique.

Crédits Photos : Stéphanie Payez Éklectik Média 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *