Le cabaret Mont-Royal : de la montagne à la Place des Arts !

The following two tabs change content below.

Stéphanie Payez

Derniers articles parStéphanie Payez (voir tous)

Tout a commencé sur la montagne du Mont-Royal pour le cabaret du même nom et, pour sa huitième édition, c’est sur la scène de la salle Wilfred-Pelletier, qu’hier soir, celui-ci nous en a mis plein la vue. Un long et beau chemin de partage et d’accomplissement pour le cabaret qui a versé, depuis sa création, plus de 4.1 millions aux cinq fondations qu’il soutient : Fondation Père SablonFondation PapillonINS (Institut Nationale du Sport de Québec),Fondation Maison Théâtre et les Nouveaux Écuyers (Thérapie équestre pour handicapés).

Sous une courte animation de Marie-Claude Barrette et Mario Dumont, la soirée nous promettait un vaste registre musical reflétant les années 60 à aujourd’hui, le tout orchestré par 20 des meilleurs musiciens et choristes. C’est Jean Fabi qui a ouvert le bal avec, entre autres, les pièces It’s impossible, New York New York, Burning love, invitant ainsi la salle à se transformer en une gigantesque piste de danse.

Fabi a profité de l’occasion pour inviter la choriste Julie Da Silva à se mettre au devant de la scène pour nous interpréter, dans un décor un peu plus charnel, la sublime At Last.  De son amour d’Elvis à celui de la country, Guylaine Tanguay ne pouvait faire autrement que de nous partager un mix son univers avec Suspicious Minds et Jusqu’au bout sans oublier son Yodel qui ne cesse d’impressionner la foule.

De (I can’t get know) Satisfaction interprétée par Tom Quinn à I’m alive chantée par Karelle Grant en passant par My girl et Sugar pie Honey Bunch soutenues par le côté crooner dansant de Sonny Turner, cette première partie de soirée n’a pu faire autrement que de rendre le public heureux!

Pour la deuxième partie de soirée, Corinne Dutil a pris place sur la scène pour nous offrir une version bien à elle de Rolling in the deep pour ensuite laisser place à la douceur avec Isabelle Boulay. Qui mieux qu’elle pour nous parler de rêves d’enfants et laisser le coeur de son public voler sur le refrain de la célèbre Jamais assez loin ?  Un moment rempli d’émotions pour les deux parties, qui ont continué la belle chimie sur Je t’oublierai, je t’oublierai et l’intense Parle-moi avec laquelle l’interprète ne cesse de nous surprendre.

Tous les artistes se sont retrouvés pour chanter en coeur l’hymne du cabaret Mont-Royal, Tant qu’il y aura des enfants  de Marjo, et ainsi clore cette fabuleuse soirée comme elle avait si bien commencé, dans le partage et l’immense plaisir d’être là.

 

Crédits photos: Stéphanie Payez/ Éklectik Média

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *