Philippe Bond : Merci à ceux qui l’inspirent

The following two tabs change content below.

Jessica Grenon

Derniers articles parJessica Grenon (voir tous)

Hier soir, 20 mars, avait lieu la première médiatique du 3e spectacle de Philippe Bond intitulé Merci sur les planches du Théâtre St-Denis. Donc, deux ans après Phil Bond 2, l’humoriste était prêt à présenter du nouveau matériel au public, composé entre autres de ses collègues, ami-e-s et famille, qui est venu l’encourager lors de cette grande soirée.

C’est d’abord en faisant des remerciements qu’il a débuté sa prestation. En passant par les gens de son entourage ou même des personnes qui l’ont tout simplement inspiré sans le savoir, dont un homme de Saint-Hyacinthe qui, deux drinks à la main, s’est littéralement écrasé au sol sans lâcher ses verres, provoquant ainsi l’un des plus grands fous rires que Philippe et son équipe aient vécus en coulisse. L’humoriste s’est inspiré grandement de son quotidien et des gens qui l’entourent pour ce nouveau spectacle, et ça se sent.

Il a mentionné ouvertement que toutes les anecdotes qu’il raconte dans Merci sont de vraies histoires à peine exagérées. C’est peut-être difficile à croire, mais un pic-bois a failli venir à bout de la santé mentale de Philippe, ce qui l’a amené à rencontrer un homme d’à peu près 114 ans avec une dentition précaire pour s’en sortir. Se plaignant qu’il n’y avait pas eu assez d’anecdotes sur lui lors de son précédent spectacle, le père de l’humoriste s’est vu servi, cette fois-ci, avec le moment où celui-ci a accroché et décroché douze cadres de Disney sur des poteaux de la ville dans la même journée pour faire une blague. La mère de Philippe méritait elle aussi son numéro dans le spectacle pour son obsession d’envoyer la main ou celle de signer chaque texto qu’elle envoie.

Nous avons appris que l’humour fait vraiment partie du clan Bond de génération en génération. À noter que ces grands-parents, âgés de 96 ans chacun, semblent tout aussi drôles que leur petit-fils. Sa grand-mère, d’une naïveté attachante et d’une routine bien établie, devient une cible parfaite pour des coups de téléphone que lui font ses petits enfants. Pour ce qui est de son grand-père, malgré une épreuve difficile, il a su s’en sortir en faisant rire son entourage qui croyait que c’était la fin pour lui. Ce numéro a été efficace par son rythme, le côté touchant et la façon comique dont il a été raconté. L’humoriste étant nouvellement papa, ceci a valu à coup sûr un segment sur sa réalité de père, que ce soit en abordant la fixation de certains sur les valeurs nutritives du placenta ou des petits cacas acides en quantité industrielle qui se retrouvent dans la couche de sa progéniture. Moment savoureux et hilarant lorsque Philippe a imité la réaction de son bébé lorsqu’il fait des pets en dormant.

C’est un Philippe Bond énergique et heureux qui se trouvait sur scène. Chacun des numéros avait un fil conducteur bien ficelé. Cependant, malgré les habiletés de raconteur de l’humoriste, il y avait un manque de moments punchés qui auraient pu faire éclater de rire la salle davantage. Somme toute, les spectateurs ont semblé passer un bon moment en sa compagnie.

Déjà 30 000 billets de son nouveau spectacle se sont écoulés. Philippe Bond sera en supplémentaire les 25 et 26 juillet au Théâtre Jean-Duceppe dans le cadre du Festival Juste pour rire. Pour d’autres dates, visitez son site internet!

Crédit photos : Stéphane Couturier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *