Safia Nolin : tomber le masque !

The following two tabs change content below.

Stéphanie Payez

Hier soir, Safia Nolin était sur les planches de la Scène Bell pour nous livrer un spectacle teinté d’autodérision mais surtout de beaucoup de transparence. Une ouverture particulière en clin d’oeil à son vidéoclip Dagues a pris possession de la scène pour mimer ses mots. Des mots qui peuvent être tristes et mélancoliques  mais avant tout rempli de sens. Qu’elle se cache dans une bulle musicale ou derrière un masque comme ce fut le cas pour les quelques premières chansons, Nolin se démarque en étant elle-même et en nous reflétant son propre miroir , comme ce titre qui a ouvert la soirée.

Les solos avec ses musiciens étaient magistraux et ajoutaient une belle influence rock à son univers.  L’une des forces de l’artiste, c’est sa capacité à rire d’elle-même mais également à nous faire rire comme pendant sa relecture de Ect qui, avant qu’elle fasse tomber le masque, prenait un tout nouveau sens.  Ce spectacle nous promettait des invités et pas des moindres en commençant par sa complice Pomme avec laquelle elle a interprété les titres On brûlera et Lesbian Break-up Song.  Celui qui fait frissonner Safia avec sa grande barbe est venu la rejoindre sur scène à son tour pour , qu’ensemble, ils partagent la douce Mélancolie. Patrick Watson et Safia Nolin en duo, c’était bien trop court mais tellement enivrant qu’on en redemanderait encore.

De La laideur à Les chemins , la chanteuse a réussi à nous transporter dans la pureté de sa voix qui se dévoile de plus en plus dans les nuances. Malgré les belles séquences d’émotions que l’artiste nous a fait vivre tout au long de son spectacle, c’est sans aucun doute celle du duo Shallow avec KROY qui reste la plus marquante. L’esplanade de la Place des Arts s’est transformé, en l’espace de quelques minutes, en un karaoké géant, laissant ainsi aux artistes et au public un merveilleux souvenir.

Les critiques n’ont pas toujours été en sa faveur , et Safia n’a pas peur de nous les faire écouter à notre tour comme ceux qui jugeaient son look pendant que d’autres trouvaient qu’elle ne savait pas chanter, et pourtant … L’auteure-compositrice interprète était en tête d’affiche d’un des plus gros festivals francophones et a su nous faire vibrer à travers sa transparence, sa voix et son intelligence artistique.

Crédits photos : Stéphanie Payez/Éklectik Média

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *