Un trio féminin tout en harmonie

The following two tabs change content below.

Jessica Grenon

Derniers articles parJessica Grenon (voir tous)

C’est un public plutôt éclectique qui était au rendez-vous, hier soir, à la Cinquième Salle de la Place des Arts pour voir performer Delphine Coutant, Fanny Bloom et Ingrid St-Pierre. Étant davantage familière avec le répertoire musical de cette dernière, c’est avec plaisir que je souhaitais découvrir ce spectacle intitulé Chansons intimes III. Ne sachant pas trop la formule que prendrait cette prestation, c’est avec intérêt que j’ai pris place dans la salle en observant que la scène était munie de trois pianos. Voilà un petit indice quant au déroulement de la soirée qui me rendait impatiente que le tout débute.

© Victor Diaz Lamich / Francofolies 2017

Les trois artistes se sont installés derrière leur instrument, puis ont amorcé un morceau de piano où chacune d’elles y ajoutait ses notes au fil de la mesure. S’est ensuite ajoutée aux notes le mélange vocal que pouvait offrir Delphine, Fanny et Ingrid. L’harmonie dont elles ont fait preuve m’a donné des frissons. Une belle entrée en matière qui a enchanté les spectateurs présents. Chacune a, à un moment, interprété seule une pièce au piano. Fanny Bloom  a même osé interpréter (non sans inquiétude!) une chanson qu’elle vient tout juste de composer avec Philémon Cimon et qui s’intitule À bicyclette. La chanson tourne à la radio depuis seulement vendredi. Fanny a même révélé qu’elle ne connaissait pas les paroles, elle a donc dû les apprendre rapidement. Nous avons eu droit à des pièces des trois artistes interprétées d’une toute nouvelle façon. Comme l’a d’ailleurs dit Ingrid St-Pierre : « Nous nous sommes imprégnées de l’univers des autres pour ensuite y ajouter le nôtre ». Nous sentions la petite fébrilité et le plaisir qu’elles avaient de jouer ensemble. C’est exactement ce qui ressortait de ce surprenant trio!

© Victor Diaz Lamich / Francofolies 2017

Il faut dire que Delphine Coutant, native de Nantes en France et reconnue comme chanteuse là-bas, n’était que de passage pour les Francofolies. Son séjour se termine d’ailleurs aujourd’hui, mais elle aura eu l’occasion de faire découvrir une parcelle de son répertoire aux festivaliers présents. C’est de façon très authentique que les chanteuses ont mentionné avoir eu peur de se lancer dans ce projet. C’est grâce, entre autre, à Christophe Minier, aux gérantes respectives des chanteuses et à l’opportunité offerte par les Francofolies que ce trio a pu se réunir l’espace d’une soirée à la Place des Arts.

© Victor Diaz Lamich / Francofolies 2017

Un de mes passages préférés de la soirée a été l’interprétation par les trois chanteuses de la pièce de Fanny Bloom, Piscine. Connaissant bien la version pop de la chanson, c’est ravie que j’ai revisité et savouré cette harmonie pianos et voix qui m’a mis le sourire aux lèvres. Je dois dire que mon coup de cœur a été lors du rappel, car c’est à cet instant que le titre du spectacle a pris tout son sens. Les spectateurs ont eu droit a une interprétation a capella, sans micro, de la chanson Dis, quand reviendras-tu? de Barbara. Une finale touchante et empreinte de douceur. C’était un moment intime et privilégié entre les chanteuses et le public. Ce dernier est demeuré attentif jusqu’à ce que la dernière note résonne, puis s’en est suivi de retentissants applaudissements!

J’aurais pris davantage de moment où les voix des trois artistes se mélangeaient et créaient une nouvelle vie aux morceaux musicaux. C’est d’ailleurs avec joie que je me serais laissée bercer par l’univers du trio encore une autre heure. Delphine Coutant, Fanny Bloom et Ingrid St-Pierre ont livré un spectacle mignon et coloré.

Le défi est relevé, mesdames!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *