La Voix : une finale à l’américaine !

The following two tabs change content below.

Stéphanie Payez

La septième édition de La Voix nous promettait de la nouveauté et, pour le coup, l’émission n’a pas failli en nous laissant, comme dernière soirée, une finale à l’américaine. Une émission qui a laissé place majoritairement à la performance et à la musique. Colin Moore de l’équipe d’Éric Lapointe a ouvert la soirée avec une interprétation de Crazy d’Aerosmith, un choix qui n’a pas vraiment sorti l’artiste de sa zone de confort, mais qui nous a donné, malgré tout, un beau début de spectacle et qui nous montrait,  encore une fois, le talent du candidat qui s’est laissé aller totalement au son de son harmonica.

Raphaëlle nous a livré une version des Beatles à sa façon qui a rendu son coach Marc Dupré hyper fier. Une performance vocale qu’il a qualifiée de fou. En effet, le numéro était vocalement irréprochable mais, contrairement à la semaine dernière où elle avait réussi à nous toucher, c’est la prouesse vocale qui a pris le dessus sur l’émotion, ce qui était totalement l’inverse du candidat d’Alex Nevsky, Vincent Chouinard, qui , malgré quelques soucis de justesse,   a pris son envol en piano-voix  sur I can’t make you love me et nous a littéralement émus aux larmes. Lorsqu’on a su que l’interprète chanterait Pendant que du grand Gilles Vigneault, nous étions septiques,  mais Geneviève Jodoin a encore une fois créé la surprise en y mettant sa couleur. En plus d’être la seule des candidats a avoir choisi une chanson en français, l’orchestration choisie pour la chanson lui donnait un côté beaucoup plus rock qui s’ajustait à merveille à son intention.

Malgré que les quatre finalistes étaient à l’honneur, il était intéressant de voir une grande place pour les anciens candidats qui ont joué à tour de rôle celui de choristes pour les uns et les autres. Une finale de partage avec des artistes invités de qualité.  Corry Heart a fait vibrer la scène de La Voix en revisitant ses succès aux côtés d’Éric Lapointe pour qui il a joué le rôle de membre honoraire. En parlant de notre cher rockeur Éric Lapointe, on a pu constater une énorme implication de sa part pour cette finale puisqu’il nous a fait le plaisir de partager la scène aux côtés de Robert Charlebois afin de livrer la célèbre Ordinaire pour ensuite nous revenir avec L’envie popularisée par Johnny Hallyday. Un hommage réussi pour l’artiste qui a littéralement allumer le feu.

Entre Robert Charlebois et Julie Masse ,une note de nostalgie s’est pointé sur le plateau de La Voix, mais  tous ont, chacun leur tour, montré une immense joie d’être présent pour soutenir ces nouveaux talents qui ne peuvent qu’admirer la grande carrière de ces grands invités. Une joie qu’on a moins ressenti du côté de Michael Bolton qui, malgré l’enthousiasme et la générosité de Lara Fabian et son équipe, n’a pas décrocher un sourire. Une attitude un peu douteuse, mais qui nous a cependant pas empêcher d’apprécier le moment.

Pour terminer cette grande soirée, la troupe de Seuls ensemble est venue décorer le plateau d’acrobaties sous les succès indémodables d’Harmonium et son célèbre leader , Serge Fiori. Un hommage qui est venu déposer la fameuse enveloppe avec le nom de la grande gagnante de cette septième édition,  Geneviève Jodoin. Sa prestance, son émotion et son immense talent d’interprète ont conquis le public. Ce fut donc une belle victoire bien méritée pour Geneviève que l’on pourra retrouver lors de La Voix Expérience et aussi aux côtés de Corey Hart les 6 juin au Centre Vidéotron et 15 juin au Centre Bell.

Crédit photo : Joël Lemay/Agence QMI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *