Geneviève Leclerc : d’une justesse impeccable

The following two tabs change content below.

Hier soir, 13 novembre 2017, avait lieu la première médiatique de la chanteuse de grand talent que nous avons pu connaître à l’émission La Voix en 2016, Geneviève Leclerc. C’est au Cabaret Lion d’Or que cette dernière s’est donné en spectacle solo. Pour elle, cette salle lui rappelle tout spécialement le spectacle final de ses années de théâtre musical à Gatineau.

© Stéphanie Payez / Éklectik Média

La soirée a débuté avec une interprétation feutrée de la chanson Calling you de Jevetta Steele. Démontrant de ce pas à son public qu’il aurait droit à toute une performance vocale ce soir. La Gatinoise nous a fait entrer dans son univers doux et  jazzy en interprétant plusieurs titres de son tout premier album, intitulé Portfolio. La chanteuse, n’ayant pas froid aux yeux s’est même attaquée à de grandes chansons telles que : Big Spender de Shirley Bassey, accompagné de trois danseuses de cabaret, elle l’a d’ailleurs magnifiquement interprétée lors de son audition à l’aveugle pour La Voix, ainsi que Je ne regrette rien de la grande Édith Piaf. C’est avec un contrôle impressionnant que Geneviève Leclerc a su tenir la note avec une aisance désarmante! Le talent qu’elle a su peaufiner au fil de son parcours sur les scènes des bateaux de croisières et les tournées de comédies musicales (Les Misérables) est indéniable, elle maîtrise sa voix à merveille!

La chanteuse a interprété plusieurs chansons qui ont été maintes fois reprises par le passé, mais elle a su leur ajouter une petite touche personnelle. Comme ce fut le cas pour Roxanne de The Police en offrant un côté très jazz à la pièce, en plus de laisser place en avant-scène à un duo de danseurs qui bougeaient au rythme de la musique; Le monde est stone de Fabienne Thibeault (Starmania), d’une fragilité touchante ou bien Je ne t’aime plus de Mario Pelchat, poignante grâce au talent d’interprète de la chanteuse qui nous faisait ressentir chacune des paroles de la pièce. Personnellement, ce fût l’un de mes moments forts de la soirée.

© Stéphanie Payez / Éklectik Média

Un autre moment que j’ai particulièrement aimé, l’interprétation de Happy Days de Judy Garland et Barbra Streisand qu’elle a chanté en duo avec sa choriste, Chloé McNeil. Cette dernière a une voix splendide qui se marie si bien à celle de la vedette de la soirée. Leclerc se devait de terminer son spectacle avec son interprétation de la chanson qui a su toucher des milliers de téléspectateurs lors de son passage à La Voix, Je suis malade de Serge Lama. La puissance et l’émotion avec laquelle elle a livré le texte donnait tout simplement des frissons. Le public lui a notamment offert une ovation lors de la dernière note de la pièce.

Somme toute, un spectacle sans artifices, qui laissait place à la richesse vocale impressionnante que la chanteuse est en mesure de livrer. Geneviève Leclerc n’a pas fini de se faire connaître sur la scène musicale québécoise, je vous le garanti!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *