Lancement du livre La vraie nature : pour se sentir encore plus dans le chalet !

Alors qu’il reste moins de cinquante jours avant Noël, les idées de cadeaux affluent. Dans cette période foisonnante de lancements de disques, films et livres, Jean-Philippe Dion fait paraître un livre souvenir englobant les meilleurs moments  devant et derrière les caméras des deux premières saisons de la populaire émission La vraie nature.

Écrit par l’animateur lui-même, son amoureux Martin Boisclair et Martin Grenier , cet ouvrage  paru chez VLB Éditeur a pris plus d’un an à créer, mais l’attente en a valu la peine! Recettes réconfortantes, échos des coulisses, bilans sous forme de portraits de quelques artistes ayant séjourné au chalet, des photos exclusives…Quand on parcourt les 224 pages, on a l’impression de se retrouver dans le paradisiaque chalet situé près du Lac-Brome. Lors du lancement officiel du livre au Café Pista, lieu tout indiqué avec ses murs en faux bois et des dessins de feuilles vertes sur les vitres, nous avons rencontré Jean-Philippe Dion afin qu’il nous parle davantage de ce superbe projet.

Comment s’est déroulé le processus de sélection pour le livre?

En fait, je voulais vraiment que ce livre-là reflète à 100% le week-end parfait à La Vraie Nature. Ça aurait été plus facile pour nous de seulement écrire des textes sur les invités, mais moi je trouvais que La Vraie Nature c’est aussi l’activité qu’on va jouer, c’est la bouffe qu’on va manger, c’est les rencontres qu’on fait, c’est les antiquaires chez qui on va parfois, c’est les vignobles locaux chez qui on va aussi chercher notre vin. Souvent, les gens me demandent comment faire pour être invité à La Vraie Nature , ils me disent qu’ils aimeraient dont ça y aller dans ce chalet-là. Achetez le livre et vous allez avoir complètement l’impression de vivre un week-end dans le chalet!

Quelle est ta recette coup de cœur ?

J’en ai beaucoup! J’aime beaucoup les boulettes à Patsy. Patsy Gallant nous a fait des boulettes de viande extraordinaires pis elles sont dans le livre. J’aime beaucoup l’anecdote de la recette de boulettes de Michel Bergeron. Il recevait Céline et René à manger, René voulait un ragout de boulettes et Michel était vraiment trop gêné. Finalement, la recette se retrouve dans le livre.

Pour toi, qui est l’invité qui s’est le mieux prêté le jeu et qui t’a positivement étonné?

L’entrevue, c’est une bonne danse entre un interviewé et un intervieweur. Une des personnes qui m’a vraiment charmé, c’est France Castel. Je me souviendrais toujours de cette rencontre-là, c’est une grande femme, une femme de tête, une femme de coeur, une femme intelligente, une femme qui a du cran pis qui n’a pas eu peur de me dire  : Ça, j’irai pas là. Moi, j’aime ça. J’aime mieux quelqu’un qui va me dire ça. On va trouver une autre façon, on va aller ailleurs, pis c’est ce qu’on raconte aussi dans le texte de ce livre-là. France n’avait pas envie de parler de certains sujets pis on est parti ailleurs ensemble. Elle m’a juste fait un petit clin d’oeil en voulant dire merci. Patsy Gallant, j’ai eu un fun fou à la recevoir. J’aime beaucoup les femmes de tête. J’aime interviewer des Sophie Lorain, tsé du monde comme ça,  j’aime ça.

Comment se passe le processus de sélection des invités pour donner un mélange étonnant mais aussi cohérent?

Quand les trois invités arrivent et qu’ils sont sur la terrasse, ils m’attendent. Une fois sur deux, c’est un peu froid parce que les gens sont nerveux pis là ils sont entrain de comprendre qu’ils vont se dévoiler devant ces autres personnes-là, mais finalement, à la fin le lendemain, ils me disent tous  que ça n’a pas de bon sens, on dirait qu’on se connait depuis mille an parce que jamais dans la vie on va avoir l’impression d’avoir connu quelqu’un de façon si intense pendant 24 heures. Jamais ça nous arrive. Je parlais à Sébastien Benoit aujourd’hui qui est avec Mariloup Wolfe dans la saison cet hiver et il m’a dit que, quand il la croise maintenant, il a comme une connexion qui n’existait pas avant. Même chose pour Jean-François Breau qui m’a raconté ça aussi d’Isabelle Maréchal.

Comment trouves-tu le parfait équilibre entre le sérieux du travail à faire et le décor enchanteur qui donne lieu à à des moments magiques?

Ben ça aussi, c’est avec les invités. Souvent, les gens me demandent pourquoi je ne pleures pas. Ce que je veux, c’est que les invités sentent que je suis en contrôle. Faites-moi confiance, je vais vous amener quelque part, peut être que vous vous rendrez pas compte qu’on va aller là mais on va y aller ensemble pis je vais je vous ramener, pis je veux vraiment les invités aient ça en tête. Je ne suis pas un animateur qui va juste poser des questions et débrouille-toi avec ça après. Je vais décanter avec eux, on va réfléchir, on va les amener ailleurs. On va trouver le positif là-dedans aussi.

Comment ça se prépare ? 

Une entrevue, c’est 35 pages de recherche! Mes recherchistes sont hallucinants! C’est 40 pages de pré-entrevues par invité, donc ça fait presque 70 pages et + de lecture par invité. 3 invités  pour 12 à 18 émissions! C’est beaucoup, beaucoup de lecture!

En quoi cette expérience fait de toi un meilleur interviewer?

Hey Boy ! En tout en fait. Pour moi, j’ai l’impression d’être un animateur et un intervieweur depuis que je fais La Vraie Nature. C’est comme si toutes mes années de télé m’ont servi à aboutir à ce projet-là. Je dirai même toutes mes années de vie! La vraie nature, c’est aussi qui je suis et d’apprendre aussi à mettre de moi dans mes entrevues. Il y a mille sujets possibles avec un invité, mais je vais en choisir quatre parce que ces sujets-là me touchent particulièrement, tu comprends. Je prends de la maturité aussi comme animateur.

Pour la troisième saison, avez-vous pensé à revamper la formule?

Non ! On ne change pas une formule gagnante. En même temps, on est toujours sur le qui-vive, on trouve des nouvelles idées, on pimente. On a acheté des ruches cette année, fait qu’on est allé installer les ruches, on est allé récolter le miel, on a empoté notre miel, fait qu’on fait des nouvelles activités mais la base de cette émission-là, c’est les histoires des invités.

Crédits Photos : Stéphanie Payez, Éklectik Média 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *