Avec Michel Louvain, la vie sera toujours belle!

The following two tabs change content below.

Diane Beaudin

Hier soir, le 16 octobre, avait lieu, au Cabaret du Casino de Montréal, la première du spectacle La belle vie  mettant en vedette le plus connu et le plus populaire de nos crooners, nul autre que Michel Louvain.

Que peut-on dire de lui que vous ne sachiez déjà?! Depuis 62 ans, il  nous attire et nous charme. Toujours le même bel homme à 82 ans, d’une tenue impeccable et d’une présence charismatique sur la scène, il bouge toujours aussi bien, et tout cela sans aucune prétention ni sauter dans la quétainerie. Il assume très bien son âge. On peut dire de lui qu’il vieillit en beauté. Ceci, avec tous ses autres atouts, font que nous avons oublié facilement les quelques blancs de mémoires survenus dans le courant de la soirée. En fait, cela l’a rendu que plus sympathique. On peut aussi mentionner qu’il n’a pas mâché pas ses mots, dans le sens propre du mot. En effet, plusieurs devraient prendre exemple sur lui pour la prononciation claire et nette de chacun des mots sortant de sa bouche.

Ce spectacle est l’amorce d’une tournée qui s’échelonnera jusqu’à la fin de 2021 et qui  fait suite au lancement de son dernier album, intitulé Louvain La belle vie.  Monsieur Louvain s’est présenté devant une salle pleine et impatiente de le revoir, avec sa simplicité et son sourire toujours engageant. Évidemment, il a commencé avec la chanson titre de son album en proclamant par la suite que tout dans cette vie C’est magnifique. Il a poursuivi avec un succès de Ginette Reno, C’est mon coeur qui chante clair. Étant un interprète, toutes les chansons que Michel nous a fait entendre étaient des succès dus à la plume de différents auteurs, compositeurs et interprètes. Ce fut le cas avec Les roses de Picardie, popularisée dans les année 1950 par Yves Montand.

Son tour de chant comportait  également plusieurs medleys de son cru, notamment un rétro avec des succès de Margot Lefebvre (C’est la faute au Bossa Nova), L’important c’est la rose de l’incontournable Gilbert Bécaud, Salut les amoureux de Joe Dassin, Tu te souviendras de moi du talentueux Marc Gélinas, Un baiser de toi popularisée par le beau Robert Demontigny, Ton amour a changé ma vie des Classels et Chante de l’ami de tous,  Michel Fugain. Un medley qui fut fort bien reçu de toute la foule.

Il ne faut pas oublier sa prestation de l’inévitable Dame en bleu qu’il nous a demandé de chanter avec lui pour lui faire plaisir. Il s’est même fait plaisir, et à nous par le fait même, avec son medley country à sa façon qui comprenait entre autres Quant on est en amour, de celui de qui on ne se lasse jamais, Patrick Normand, Green Green Grass of Home que Dean Martin nous a fait connaître, Song Sung Blue, une composition de Neil Diamond, et, pour terminer  en beauté, le succès de Willie Lamothe , Mille après mille.

Personnellement, j’ai eu la larme à l’oeil lors de sa performance de C’est beau la vie de Jean Ferrat, une chanson qui me touche particulièrement. On a aussi eu droit au medley des succès de Michel Louvain, comprenant principalement Buenas noches mi amor, Aye! Mourir pour toi, écrite par un icone de la francophonie, Charles Aznavour, et aussi son incontournable répertoire de prénoms féminins, Lison, Louise, Linda et Sylvie. Il a complété son tour de chant pour mieux nous revenir avec la chanson préférée de sa maman, Un certain sourire, une autre qui m’a provoqué des larmes.

Michel Louvain était entouré d’une fabuleuse équipe de musiciens dont Daniel Piché (piano et directeur musical), Michael Pucci (guitare), Claude Guay (basse), Bertil Schulrabe (percussion), Lorraine L’Ecuyer (choriste) et Dominique Faure (choriste) qui lui apportaient un soutien et un support de tous les instants. Bref, ce fut un spectacle tout en douceur durant lequel on se sentait entouré d’amour tout comme l’assistance l’entourait d’amour.

La vie continuera à être belle au Cabaret du Casino de Montréal jusqu’au 24 octobre prochain. Quant à la tournée à travers le Québec, voici ici un aperçu d’où ça se passe.

Crédits Photos : Laurence Labat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *