La scintillante science du coeur de Pierre Lapointe

The following two tabs change content below.

Stéphanie Payez

Derniers articles parStéphanie Payez (voir tous)

Pierre Lapointe n’avait que 14 ans lorsqu’il a assisté à son premier spectacle du Festival d’été de Québec. Aujourd’hui, c’est lui qui ramène du monde à ses spectacles. En effet, l’auteur-compositeur-interprète a fait de l’Impérial Bell une salle pleine à craquer hier soir.

Un spectacle intimiste dans lequel il nous a raconté, avec sa poésie, la Science du cœur ,titre de son plus récent album.  Entouré de deux musiciens et d’une harmonie de lumières scintillant au cœur de ses chansons, Pierre nous a émus mais nous a également fait rire.

Les chansons se succédaient assez rapidement. Pierre Lapointe nous a livré en majorité les titres de son dernier opus tels que Un coeur, Sais-tu vraiment qui tu es ou encore la Science du coeur elle-même. Il a aussi traversé les pages de ses différents albums en nous laissant pour souvenir quelques confidences et, surtout, de beaux moments d’émotions.

Parmi ces beaux instants, notons Je déteste ma vieLe retour d’un amour qu’il dédie à toutes les personnes qui ont rencontré un con ou une conne, la belle Nos joies répétitives pour laquelle il a avoué avoir une préférence et sans oublier Pointant le nord , extrait de son tout premier album.  L’étrange route des amoureux reste également un magnifique souvenir grâce aux déhanchements rythmés de Pierre qui n’ont pas manqué de faire rire le public.

C’était donc un rendez-vous qu’on se devait de ne pas manquer. La communion entre l’artiste et le décor ne faisait qu’un. D’ailleurs, ce dernier créait ainsi autour de Pierre et ses musiciens une magnifique bulle de lumière qui pouvait nous amener parfois dans une église tant les couleurs des néons pouvaient faire penser aux vitraux de celle-ci.

Bref, ces 90 minutes ont passé beaucoup trop vite tant le spectacle était fluide! Pierre Lapointe nous a, une nouvelle fois, charmés et nous a montrés pourquoi il était encore là après toutes ces années.

Crédits Photos : Sébastien Dion/FEQ

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *