Tocadéo, c’est du bonbon!

Le 6 octobre 2018 au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts avait lieu la célébration du 10ième anniversaire du groupe vocal Tocadéo, un groupe de quatre chanteurs québécois formé de  René Lajoie, Dany Laliberté, Benoit Miron et Patrick Olafson qui en a profité pour nous interpréter quelques chansons de leur nouveau bébé  Rêve encore tout en nous faisant revivre leurs succès des dix dernières années.  Les arrangements vocaux, d’une justesse indiscutable  et qui sont du bonbon pour les oreilles, sont signés Marc-André Cuierrier , et la mise en scène était de Pierre Boileau.

Une salle comble et fébrile attendait l’arrivée de Tocadéo sur scène. Les membres du groupe semblent entretenir une belle relation avec leur public qui les connaît bien, qui les suit fidèlement depuis dix ans et qui, surtout, les adore. On avait l’impression que les gens attendaient des amis! Il faut dire qu’ils ont tout pour être aimés :  ils sont beaux, s’habillent bien, chantent à merveille, bougent comme des dieux sur la scène, et, en plus, ils ont un sens de l’humour incroyable.

Dès leur entrée sur scène, ils ont eu droit à une ovation debout avant même qu’ils aient commencé à chanter.  Ils ont débuté leur spectacle en grand avec Un Peu plus haut de Jean-Pierre Ferland.  Les voix se mariaient très bien ensemble. Il est vrai qu’après dix ans, les membres ont appris à se compléter, tellement que leurs  voix ne peuvent pas ne pas être ensemble. On ressentait la complicité, l’amour, l’amitié et le respect qu’ils ont un envers l’autre, et qui les réunissent si bien. En un mot, la parfaite symbiose!

Un des moments forts de la soirée fut l’interprétation à faire frissonner de l’incontournable Hallelujah de Leonard Cohen qui leur a valu une autre ovation debout. Nous avons aussi eu droit à leur chanson porte-bonheur, Mr. Sandman de Pat Ballard suivie d’un medley des années 50, toujours présenté sous le signe de l’humour, qui comprenait entre autres Don’t be Cruel, d’Elvis Presley, Dream Dream Dream des Everly Brothers, Only You des Platters, Ton amour a changé ma vie des Classels et  Barbara Ann des Beach Boys.

Ils nous ont fait entendre avec beaucoup d’émotion la chanson L’effet papillon ainsi que la pièce Ensemble que Marc Dupré et Jean-Francois Dubé ont écrit pour eux et qu’on retrouve sur leur album éponyme de 2010. De leur album Au nom des hommes en 2012, nous avons eu le bonheur d’écouter la chanson titre écrite pour eux par Mario Pelchat. Tirées de leur dernier album Rêve encore, nous avons pu entendre Sound of silence de Simon and Garfunkel, un mélange de la version française et anglaise, ainsi que Rêve Encore.

Nous avons eu la visite d’Annie Villeneuvetoujours aussi resplendissante dans sa simplicité habituelle qui a chanté avec nos amis Un ange qui passe, et, en solo, C’est ça la vie. On avait l’impression de goûter le ciel! Évidemment, un groupe comme Tocadéo ne pouvait pas ne pas changer l’amour, et ce volet comprenant notamment L’hymne à l’amour d’Edith Piaf fut un autre moment fort de la soirée. Cet hymne fut suivi d’un pot-pourri de chansons d’amour incluant Je t’aime à la folie de Serge Lama, Je t’aime à mourir de Francis Cabrel, Je t’aime comme un fou de Robert Charlebois,  Que je t’aime popularisée par l’immortel Johnny Hallyday pour se terminer avec Les parapluies de Cherbourg de Michel Legrand.

Leur côté humoristique s’est vraiment bien démontré lors de leur parodie des 3 Ténors (Jose Carreras, Placido Domingo et Luciano Pavarotti) pendant leur 1er spectacle en 1990 aux Bains de Caracalla à Rome pour la fermeture des activités de la Coupe du Monde de Soccer en Italie lorsqu’ils ont chanté O Sole Mio. Et c’est ce moment qu’a choisi notre ténor Marc Hervieux pour faire son apparition sous les applaudissements de la salle accompagnés d’une ovation debout. Il a fait les dernières notes, évidemment, sans aucun effort. Il  a ensuite partagé la scène avec nos quatre amis pour sa version de Caruso de Lucio Dalla, interprétée avec toute la passion qu’on lui connaît. Ensuite, il a fait son petit bout de chemin en solo en interprétant,  sous une salve d’applaudissements, le Nessum Dorma extrait de Turandot de Puccini. Il a été rejoint par Tocadéo pour la finale de l’aria et, ouf, quelle finale!

Tocadéo nous a encore une fois prouvé que sa marque de commerce est la générosité. Tout en chantant, les membres ont fait le tour de la salle et serré les mains des spectateurs pour les saluer et  les remercier. Ils ont ensuite fait les remerciements d’usage avant de nous quitter, non sans un rappel par lequel nous avons eu notre premier party de Noël de 2018. Banderole au cou et veston en plaid écossais, ils ont fait un pot-pourri de Noël comprenant 23 décembre de Beau Dommage, Père Noël, Père Noël et d’autres airs folkloriques du temps des fêtes. Ils nous ont quittés sur l’air Yesterday des Beatles interprété a capella en guise de remerciement pour leurs musiciens. Bref, ces presque trois heures de spectacle nous ont paru à peine une heure.

Leur nouvel album Rêve encore est toujours disponible, et pour l’avoir écouté, c’est un pur bonheur! Pour plus de détails sur les dates de spectacle, c’est ici! 

Crédits Photos : Ghyslaine Payant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *