La Voix Expérience : un prolongement divertissant

The following two tabs change content below.

Marie-Claude Lessard

Derniers articles parMarie-Claude Lessard (voir tous)

Les demi-finalistes et finalistes de La Voix V ont eu droit à une tournée estivale des festivals alors que ceux de la septième saison prennent d’assaut les salles! Avec La Voix Expérience, le metteur en scène Jean-François Blais souhaitait élever l’expérience d’un cran en offrant davantage de grandiose et de moments privilégiés retraçant les diverses étapes en coulisse de l’aventure. Après un passage couronné de succès au Capitole de Québec, toute l’équipe débarque au Théâtre St-Denis de Montréal jusqu’au 8 septembre pour dévoiler le fruit de leur dur labeur, un fruit mûr et satisfaisant qui s’est spectaculairement déployé hier lors d’une première médiatique populaire.

Le public, énergique et attentif du début à la fin, a pu goûter à l’envers du décor dès son entrée dans le hall du théâtre grâce à un tapis rouge, de splendides toiles à l’effigie des coachs signées Cynthia Coulombe Bégin et des accessoires tirés du Stress Room,  la pièce où les candidats se préparent avant les auditions à l’aveugle. Une fois entré dans la salle, ça s’est poursuivi avec des spectateurs VIP affublés de numéros, un animateur de foule virtuel, la projection des préauditions des artistes et les indications des techniciens et régisseurs. Cette initiative d’immersion ne manquait pas de charme, mais certains éléments se répétaient et prenaient trop de place,  spécialement les interactions avec des spectateurs triés au hasard qui semblaient plus contrariés qu’emballés. Ils devaient se comporter comme des candidats en complétant une chanson ou carrément en montant sur scène pour recevoir un cadeau, ce qui provoquait des malaises complètement inutiles.

À travers une scénographie colorée et dynamique, les candidats, accompagnés de Yama Laurent et Marc Dupré, ont étalé une complicité attachante teintée de joie et d’authenticité. Revêtant les tenues mythiques des directs et interprétant les pièces ayant particulièrement retenu l’attention au cours de la saison, ils ont insufflé une nostalgie réconfortante donnant follement hâte à la huitième édition! Les artistes se sont montrés généreux entre eux, jouant tantôt les choristes tantôt les musiciens tout en étant presque toujours sur scène. D’ailleurs, les instants de partage avec tous les performeurs s’avéraient les plus prenants.

En plus de permettre à chaque candidat d’avoir un moment pour briller, la sélection des chansons proposait une efficace rétrospective des titres chantés depuis les auditions à l’aveugle jusqu’à la grande finale. Entre les explosions de confettis et la marrée de ballons blancs voguant sur le parterre, c’est véritablement la touche signature musicale de Jean-François Blais qui a marqué les esprits en présentant des arrangements surprenants et ingénieux.

Évitant la redondance,  les medleys thématiques ont autant fait vibrer la foule que la toucher. Celui sur les idoles des concurrents et les duels combinés au son d’Un peu plus haut, un peu plus loin ont reçu des applaudissements nourris et fort mérités. La transposition de Suite Madame Blue, Stairway to heaven et While my guitar gently weeps a rallié toutes les générations et a permis aux musiciens, dont le guitariste Simon Godin, d’habilement montrer leur talent. Le mix entre Le petit roi de Jean-Pierre Ferland et Je voudrais voir New York de Daniel Lavoie s’est avéré émouvant, surtout qu’il constituait l’un des rares moments où la musique québécoise a été mise en lumière. Du numéro un peu terne et prévisible de Marc Dupré on se souviendra de Ton départ  qui a servi à offrir un hommage sincère à un scénariste de l’émission, Hugo Pellicelli qui s’est tragiquement enlevé la vie il y a quelques mois.

Sur le plan vocal, Jordan Lévesque s’est démarqué avec son mélange de puissance et de fragilité. La grande gagnante, Geneviève Jodoin, a épaté avec sa versatilité et sa capacité à constamment trouver les émotions et nuances justes. Pendant que, la chanson qui lui a permis de remporter la compétition, a d’ailleurs magnifiquement conclu la soirée. Mélissa Ouimet et Samantha Neves ont toutes les deux séduit avec leur rauque distinctif donnant de nombreux frissons. Les pianistes de la bande, Christian-Marc Gendron et Vincent Chouinard, ont également offert de jolies prestations vocales, mais c’est leur attachant et spontané sens de l’humour qui a volé la vedette.

La Voix Expérience se poursuit jusqu’au 8 septembre au Théâtre St-Denis. Les billets sont en vente ici.

Crédits Photos : Stéphanie Payez, Éklectik Média

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *