Une chaleureuse Foly qui résonne à l’Olympia !

The following two tabs change content below.

Stéphanie Payez

Hier soir, l’auteure-compositrice et interprète Liane Foly nous donnait un rendez-vous unique dans la salle de l’Olympia de Montréal. Dans une intime formule piano-voix,  Hervé Noirot et Liane Foly se sont unis pour nous partager une relecture de ses plus grands succès ainsi que ceux d’artistes à qui elle aime tant rendre hommage.

Sous une ouverture Rêve orange , l’artiste a directement pris tout l’espace de la scène pour nous inviter dans son univers jazz/blues qui lui colle si bien à la peau. De Doucement jusquà S’en balancer en passant par  Va savoir et Ça va, ça vient , l’artiste aux multiples talents n’a pas pris de temps pour faire oublier cette longue absence à son public québécois qui n’a pas manqué de répondre aux nombreuses invitations de chanter avec elle.

Nougaro, Ferré sans oublier Toute la musique que j’aime de Johnny Hallyday , l’interprète a souligné la carrière de ces nombreux artistes disparus en rajoutant un trait bien typique de ce qui la définit : le rire. En effet, Liane était très drôle et son humour noir teinté de sarcasme nous a littéralement fait rire aux éclats, notamment en se glissant dans la peau de Jeanne Moreau ou encore Line Renaud.

Charles Aznavour et Michel Legrand ont, eux aussi, marqué la vie de la chanteuse. Un point en commun qu’elle a avec Mario Pelchat qui a endossé le rôle d’invité surprise. Bien que les deux artistes se connaissaient depuis des années, ils n’avaient encore jamais chanté ensemble. C’était donc une occasion de rêve pour les deux amis qui nous ont interprété les pièces Plus bleu que tes yeux et Les moulins de mon cœur. 

Au fur et à mesure que la soirée passait, l’artiste nous laissait cette douce impression d’être invité chez elle avec ses confidences et anecdotes. Daniel Balavoine fut, lui aussi, un artiste marquant et, comme elle nous l’a dit, il nous arrive souvent d’oublier, et c’est ce qu’elle ne voulait pas faire avec ce grand artiste à qui elle rend hommage depuis 1999 avec cette magnifique chanson La vie ne m’apprend rien que toute la salle ne pouvait s’empêcher de chanter.

Une soirée unique avec Liane Foly , c’est extra , surtout quand celle-ci nous laisse avec une solide interprétation de Les adieux d’un sex symbol issue de cette comédie musicale qu’elle affectionne tout particulièrement, Starmania.

Crédits Photos : Stéphanie Payez, Éklectik Média 

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *