Concert de folie avec les Québec Redneck Bluegrass Project pour la dernière soirée des #Francos2019 !

The following two tabs change content below.

Les Francos de Montréal ont pris fin ce samedi 22 juin. Neuf jours magiques. Une grande célébration de la langue francophone au cœur de Montréal. Depuis 1989, des milliers d’artistes francophones de tous les styles et de diverses nationalités, se sont rassemblés pour partager leur musique. Les Francos Montréal c’est plusieurs scènes, différents concerts donnés chaque soir en extérieur ou en intérieur, des styles musicaux variés, et des milliers de festivaliers : il va de soi que la soirée de clôture se doit d’être exceptionnelle!

Pour les amoureux de la musique festive, qui aiment danser, transpirer et faire la fête, il fallait être au concert des Québec Redneck Bluegrass Project qui marquaient la fin de ce beau Festival estival. Le bluegrass c’est chouette, mais ça n’est pas ce qu’il y a de plus festif, me direz-vous ?! C’est que vous ne connaissez pas les Québec Redneck Bluegrass Project (QRBP) !!! Ils sont quatre, en formation simple, guitare, mandoline, violon et contrebasse, chant & chœur ; c’est une tempête d’énergie et de bonne humeur qu’ils insufflent au public.

Crédits photos : ©Stephane Couturier

Leur histoire est belle. Elle débute en 2002 à Kunming, en Chine. Ces petits gars originaires du Québec ont été séduits par l’Empire du Milieu, et après moultes aventures, ils ont décidé de créer un band. L’histoire est belle ; elle est longue aussi, de nombreux départs, des arrivées dans le groupe la caractérise. De retour au Québec, ils partent en tournée et se font vite, très vite adorer du public et avec raison. Musique entraînante, ambiance enflammée, des textes francophones drôles et portés sur la boisson et la fête… Le succès ne se fait pas attendre et ils enchaînent rapidement les festivals (Rockfest, Montebello, FrancoFolies de Montréal…). Aujourd’hui ce quatuor, formé de Jean-Philippe Tremblay (surnommé JP Le Pad – guitare, voix, harmonica, auteur-compositeur), de Nicolas Laflamme (surnommé Capitaine Cool, ou Nick the Flame à la mandoline, accordéon et banjo ténor), de François Gaudreault (contrebasse) et de Madeleine Bouchard (au violon), séduit et fait danser toutes les générations.

Démarrant une grosse tournée estivale d’une trentaine de dates, les QRBP clôturaient les Francos Montréal au MTELUS, et ça, ça fait du bruit.

Crédits photos : ©Stephane Couturier

En première partie, nous avions le chanteur Keith Kouna et son groupe de musiciens. Une ambiance résolument plus punk-anarcho/rock aux textes complètement décalés. Les premières notes résonnent fort, très fort. La batterie est puissante, mais plus lente que celle du style punk. Keith Kouna donne de l’énergie et son style (chemise, cravate et pantalon de costard) contrastant avec ses mimiques et sa voix criée dans le micro rendent la performance intéressante. Les textes n’ont pas vocation à un message extrêmement fort (hormis sa balade) et on y retrouve la folie déjantée d’un Philippe Katherine ou d’un Didier Super. Le plus étonnant reste le choix des instruments (une batterie bien présente, une guitare, une basse et un synthé) et le style des musiciens. Ce choix fait osciller son univers dans une sonorité et une ambiance fin années 80 avec des inspirations de groupes tel que The Cure. Le public, très présent ce soir-là au MTELUS pour danser au son des QRBP et Keith Kouna – the band ont donné un accueil sympathique aux deux formations.

     

                                                                                                                               Crédits photos : ©Stephane Couturier

Petit bémol, étant très différentes et ces dernières performant sur la même scène, il a fallu près de 45 minutes aux techniciens pour démonter la scène de Keith Kouna – the band, et monter celle des QRBP.

Crédits photos : ©Stephane Couturier

Formation en ligne en avant de scène, chaque musicien devant son pied de micro armé de son instrument, les 4 comparses de Québec Redneck Bluegrass Project entament leurs premières notes sur une foule déchaînée. Dès les premières minutes le ton est donné : on va danser ! Les musiciens ont extrêmement bien géré les petits accros techniques du début de leur concert. Malgré les problèmes de son causés par la sonorisation du violon, rien ne les a arrêtés. Ils se sont adaptés pour trouver des solutions au plus vite, tout en continuant de jouer et de donner le meilleur d’eux-mêmes. D’excellents artistes et de supers pros. Il faut dire qu’ils ont de la bouteille et qu’ils ont déjà joué dans toutes les conditions possibles et imaginables ; et c’est ça qui les rend aussi sympathiques. En plus de jouer de superbes chansons, drôles et entraînantes, ils ne se prennent pas la tête. Mélange de bluegrass, de folk, de punk et de musique traditionnelle québécoise et irlandaise, ils vous font danser toute la nuit. Le public arbore des visage rayonnants de plaisir, les spectateurs chantent en chœur toutes les chansons et dansent ensemble. C’est un vent de folie et de bienveillance qui submerge la salle du MTELUS.

Une petite pause de 30 minutes entre leur 2 sets pour permettre au public de se rafraîchir et de souffler un peu (pause assez étonnante et non conventionnelle dans ce genre de salle), et c’est reparti de plus belle. Après près de 2 heures à jouer et à enivrer les montréalais, les QRBP font un dernier rappel (très enflammé) avant de finir la soirée. Les gens sont sortis du concert trempés de sueur et heureux. Un (des) final magistral pour le festival des Francos Montréal. Les Québec Redneck Bluegrass Project partent en tournée. S’ils passent près de chez vous, ne les manquez pas. »

Crédits photos : ©Stephane Couturier

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *