Nos pires amis : plus de coke que de jokes ★★1/2

The following two tabs change content below.

Marie-Claude Lessard

Derniers articles parMarie-Claude Lessard (voir tous)

Pour la première fois depuis son arrivée sur la plateforme Disney+, l’onglet Star offre un film original. Produit par la 20th Century Studios, Vacation Friends (Nos pires amis en version française), disponible depuis le 27 août, se veut être une comédie légère et irrévérencieuse, mais malgré quelques bons moments, le film part tellement dans tous les sens et cumule les vulgarités gratuites qu’il ne dépasse pas le stade des comédies moyennes à regarder par temps pluvieux.

Marcus (Lil Rel Howery) s’envole au Mexique avec sa douce Emily (Yvonne Orji) dans le but de lui faire une romantique demande en mariage. Or, cette surprise est gâchée par les pires amis auquel le titre du film renvoie. Ron (John Cena) et Kyla (Meredith Hagner), un jeune couple dévergondé et insouciant qui cumule les accidents au même rythme  qu’ils enfilent jour et nuit des margaritas assaisonnées de cocaïne. Voulant se faire pardonner auprès du couple tout juste fiancé, Ron et Kyla proposent à ce dernier de faire la fête avec eux. Pendant une semaine, les deux couples vivent d’exaltants instants de débauche. Or, pour Marcus et Emily, Ron et Kyla ne sont que des amis de vacances que l’on ne revoit jamais. C’est pourquoi ils ne comprennent absolument pas pourquoi Ron et Kyla s’incrustent au chalet loué par le père d’Emily pour célébrer en grande pompe leurs fiançailles.

Le premier acte de cette comédie, celui qui se déroule au Mexique, réussit à être assez divertissant même si les personnages dévoilent d’emblée qu’ils n’ont seulement qu’un trait de personnalité distinct (Marcus le rigide, Emily la coincée qui se défoule, Ron l’homme musclé hypersensible et Kyla la blondasse écervelée). Les rires se font timides, mais on se dit que plus le film avancera, plus il trouvera son rythme de croisière. Hélas, ça devient complètement ridicule quand le film effectue un saut dans le temps de sept mois, soit quelques jours avant le mariage de Marcus et Emily.

À partir de ce moment, les clichés reliés aux mariages américains se greffent aux blagues éculées sur les trips de drogue, d’autant plus que les effets spéciaux sont dignes d’un téléfilm des années 80. Vacation Friends empile les longueurs et le maigre scénario chapeauté par cinq hommes dont les frères Tim et Tom Mullen n’offre que des rebondissements tristement prévisibles. Le succès de comédies grinçantes remplies de termes vulgaires comme l’excellent Bridesmaids, la trilogie The Hangover ou encore Neighbors a engendré beaucoup de petits rejetons de loin inférieurs. Il ne suffit pas que les acteurs fassent n’importe quelle connerie pour susciter des rires ; il faut que le script soit quand même cohérent. Vacation Friends réserve des scènes truffées de malaises, mais ceux-ci se déploient de façon tellement éparpillée qu’ils ne déclenchent pas de réactions hilares, que de la gêne et de l’indifférence.

La distribution fait ce qu’elle peut avec la faible profondeur des personnages. Heureusement, le quatuor improbable partage une belle chimie et une dynamique adorable. Leur amitié atypique rend crédible et même touchante la finale conventionnelle. John Cena, qu’on a vu cet été dans The Suicide Squad et Fast 9, offre ici sa performance la plus convaincante et nuancée. On sent que le célèbre lutteur devient de plus en plus à l’aise devant la caméra. Sa compagne Meredith Hagner est également une belle révélation. Même si plusieurs de ses répliques s’avèrent être des clichés, elle les assume pleinement et il est impossible de résister à sa pétillance.

Vacation Friends est disponible sur la plateforme Disney+(Star) et sur Hulu.

2.5
Envoi
User Review
0 (0 votes)

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *