Angry Birds 2 : copains comme cochons : explosif ou pas?

The following two tabs change content below.

Comme certains films d’animation qui l’ont précédé, Angry Birds 2 tente de connecter avec son public, mais n’y parvient jamais vraiment. La trame narrative repose trop lourdement sur l’humour au point de devenir par moment indigeste et enchaîne à grande vitesse les blagues faciles accompagnées d’une pléthore de chansons célèbres et d’une histoire insipide. Il s’agit du premier long-métrage pour le réalisateur Thurop Van Orman qui a créé la série à succès Les Merveilleuses Mésaventures de Flapjack (2008-2010). Il est aussi connu pour avoir écrit pour plusieurs séries à succès dont Les super nanas (1998-2005) et Adventure Time avec Finn et Jake (2010-2018). Trois scénaristes l’accompagnent aussi dans ce périple dont Peter Ackerman qui a travaillé sur L’ère de glace (2002) et les nombreux opus qui ont suivi. Avec autant de talents réunis, il est surprenant de voir un résultat si peu inspiré.

Red, gorgé de son succès après avoir sauvé le royaume des oiseaux lors du précédent film, est devenu une célébrité. Tout le monde l’aime maintenant et il ne veut surtout par perdre son nouveau statut de héro alors que le royaume semble en paix et que Leonard, le souverain des cochons verts, désire une trêve. Petit rappel,  dans le film précédent, Leonard avait comploté pour voler tous les œufs des oiseaux et se faire une géante omelette, mais l’histoire s’adresse à un public très jeune et ce détail est vite oublié, et les oiseaux et les cochons s’allient lorsqu’ils sont attaqués. C’est banal et contient tous les clichés habituels du deuxième opus d’une franchise : deux protagonistes qui se détestent tombent amoureux, le héros prend une leçon d’humilité et réalise qu’il n’est rien sans ses amis. Avec leur aide et celle de celui qu’il croyait son ennemi, il sauve à nouveau le royaume. Bien entendu, la méchante de l’histoire n’en est pas vraiment une et est juste incomprise et tout finit bien dans le meilleur des mondes… Mais est-ce vraiment le cas ?

La qualité des films à Hollywood est en dégringolade depuis plusieurs années. Ce qui est le plus important pour les gros producteurs : faire des profits…et tant pis pour le scénario ! Il est de plus en plus rare de trouver des petits joyaux comme Sens dessus dessous (2015), Le chant de la mer (2015) ou encore Kubo et l’épée magique (2017). Hollywood nous a habitués à un tel niveau de médiocrité qu’on se contente de bien peu, et si un film arrive à nous faire oublier nos problèmes durant une heure, nous sommes satisfaits. Angry Birds 2 n’est pas la pire chose que vous verrez cette année, et c’est bien le problème. Une tendance s’est installée et c’est dommage de voir que la plupart des films d’animation de qualité nous viennent de Pixar. Le quasi-monopole de Disney sur le marché crée de la tension dans les rangs et la compétition prend le dessus au détriment de la qualité du produit final. Tous les ingrédients sont pourtant présents pour divertir le public, ce n’est juste jamais vraiment le cas… En voici les 4 principales raisons.

1. C’est basé sur une application mobile que tout le monde utilise ou utilisait il y a trois ans. Malheureusement, le premier film est sorti en 2016, et il y a de bonnes chances pour que tout le monde soit un peu fatigué du jeu après tout ce temps… Et puis, franchement, il faut avouer que l’idée de faire un film sur une application mobile n’a jamais été d’une grande inspiration. Il n’y a qu’à voir le résultat avec Emoji : le film (2017).


2. Il y a d’excellents comédiens pour les voix anglaises: Jason Sudeikis (Red), Rachel Bloom (Silver), Josh Gad (Chuck), Leslie Jones (Zeta), Bill Hader (Leonard), Danny McBride (Bomb), Awkwafina (Courtney) et Peter Dinklage (Mighty Eagle). Cependant, les blagues s’enchaînent à une telle vitesse que le spectateur risque de s’en fatiguer, et il n’y a pas une seconde de répit pour les apprécier.

3. Les personnages sont, en théorie, intéressants. Deux ajouts ont été faits depuis le premier film et il s’agit des personnages féminins Silver et Zeta. Dans le précédent opus, il n’y avait que Matilda et c’était un piètre modèle pour les petites filles venues voir le film. Elle était un peu folle et avait un très mauvais goût chez les hommes. Cette fois, c’est différent. Silver est intelligente et étudie à l’Université, on ne sait pas trop en quoi, mais c’est un sujet bien compliqué. Elle est la sœur de Chuck et puis… c’est tout. Elle n’a pas de réelle motivation à participer à cette grande aventure en dehors d’une scène de cinq secondes pour expliquer que les autres étudiants ne la prennent pas au sérieux. Le problème est que, dès qu’elle fait partie de l’équipe de Red tout le monde la prend pour un génie, excepté Red. Il n’y a aucun développement pour ce personnage, elle n’est qu’un stéréotype, et c’est ce qui la rend si peu intéressante. Tous les personnages du film souffrent d’un état généralisé de l’histoire-n’est-pas-une-priorité-ici et le plus important semble de faire exploser des trucs ou de les catapulter dans toutes les directions comme dans l’application mobile.

4. Il y a beaucoup de chansons. Beaucoup BEAUCOUP trop. All by myself d’Eric Carmen joue lorsque Red se sent seul et délaissé , et pendant plusieurs autres fois dans le film jusqu’à vous fatiguer. On peut entendre Space Oddity de David Bowie lorsque des oiseaux se retrouvent dans l’espace (Vous avez bien lu !) et Fireball de Pitbull lorsque des oiseaux se transforment en boule de feu… Les producteurs n’ont pas confiance en leur film et les constantes références à la culture populaire en sont la preuve. C’est grotesque et quasi cacophonique, et cela continue comme ça pour toute la durée du film. Les enfants rient et les parents sourient, mais le moment est éphémère.

La seule raison d’aller voir Angry Birds 2 ,si vous n’avez pas d’enfants à divertir avant la rentrée en classe, est le court-métrage qui précède celui-ci et réalisé par Matthew A. Cherry (un des producteurs de BlacKkKlansman sortie en 2018). Hair Love arrive à toucher nos cœurs en seulement six minutes alors qu’Angry Birds 2 n’y arrive pas une seule fois en plus d’une heure trente.

Angry Birds 2 : Copains comme cochons sort en salle au Québec le 14 août.

Crédits Photos : Sony Pictures

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *