Quand la nuit tombe de Louis-Jean Cormier : une bouée de sauvetage

Le troisième disque solo de Louis-Jean Cormier s’est fait désirer puisque Quand la nuit tombe apparaît près de cinq ans après le magistral Les grandes artères. Ces cinq années ont paru excessivement longues pour les fans irréductibles qui voyaient leur hâte s’accroître de plus en plus intensément à chaque projet parallèle de l’artiste (une tournée en solo, l’émission Microphone, le splendide spectacle Seul Ensemble…) Cependant, on peut maintenant admettre que cette recherche laborieuse de nouveaux sons en valait largement la peine, et l’expression est faible.

Avec cet album disponible partout depuis le 20 mars, on sent plus que jamais le désir de l’auteur-compositeur-interprète de se renouveler pour mieux se retrouver. La hantise de la redite et des formules creuses est donc en quelque sorte à l’origine de ces 10 fabuleuses chansons, même si, à la première écoute, on décèle plutôt une foisonnante inspiration et une rafraîchissante audace. On sent Louis-Jean Cormier à la fois tourmenté et optimiste dans les sujets qu’il exploite, mais on le sent vigoureusement en forme dans les mélodieux accrocheuses, poignantes,  changeantes et trompeuses qui font sa renommée.

L’apport des synthétiseurs s’effectue constamment aux moments opportuns pour surprendre, éblouir et renforcer les émotions de la chanson au lieu de seulement s’ancrer dans les tendances actuelles. La signature si exaltante de l’artiste ne se dénature pas dans les changements. Au contraire, elle les embrasse pour mieux se renforcer. Bien des artistes se sont aventurés sur des pentes risquées, mais peu ont accouché d’une évolution aussi cohérente, émouvante, inspirante et bouleversante.

Quand la nuit tombe agit comme une bouée de sauvetage à plusieurs niveaux. Évidemment,  pour le mélomane, l’alliage harmonieux de piano, violons et de cuivres rend beaucoup plus supportable cette difficile période de confinement, mais pour l’artiste lui-même le processus de création derrière semble avoir été une nécessaire sortie de secours. Les thèmes sont abordés avec une transparence et une intimité qui transcendent celles qui se retrouvent sur les deux opus précédents. Même s’il a une fois de plus profité du regard lucide de son fidèle complice Daniel Beaumont, Cormier n’a pas succombé aux pièges de l’écriture mécanique et réchauffée. Gonflé à bloc grâce à une résidence d’écriture à Los Angeles , il retrouve confiance en ses repères et étale ses états d’âme avec un abandon qui happe en plein cœur et qui pousse à percevoir les épreuves avec ce même lâcher-prise. Des lignes brutes, imparfaites et percutantes s’enchaînent pour tantôt faire rire tantôt faire cruellement pleurer.

L’amour salvateur et les enjeux de société préoccupants sont les pierres angulaires de cet album. 100 mètres haies traite de se besoin de faire le vide mais qu’on s’y prend bien trop souvent maladroitement. Tout tombe à sa place somme de faire confiance aux joies imprévisibles du destin qui finit toujours par trouver le bon équilibre. J’ai monté parle des erreurs du passé qu’on doit assumer si on veut accueillir ce qu’un nouvel amour peut nous apporter de meilleur. Le ravin traite de l’autodestruction et du chemin qu’on prend pour la pardonner et l’accepter. Dotée de la verve enflammée de l’auteur David Goudreault, Les poings ouverts séduit par son regard infiniment juste de la cyberintimidation et ses nombreuses contradictions, le tout enrobé dans une facture hip hop franchement réussie. Je me moi aborde aussi ces mêmes paradoxes individualistes avec brio.

Écrite pour son fils, Toi aussi décortique avec sensibilité les tourments d’un père qui gère mal ses absences et la déchéance de l’humanité qui ne laisse rien présager de bon pour l’avenir des enfants. Finalement, Croire en rien s’avère être une jouissance pour tous ces gens qui ont choisi d’opter de voir le bonheur dans leur quotidien plutôt que de croire que de se convertir à une religion leur apportera la richesse. Sur cette pièce, la voix éraillée de Louis-Jean donne des frissons et atteint des notes époustouflantes.

Quand la nuit tombe est disponible sur toutes les plateformes de téléchargement et en copies physiques. Vous gagnez à jeter un coup d’œil à la page Facebook de Louis-Jean Cormier pour une mise à jour des dates de concert et pour quelques séances de jam spontanées en direct de son séduisant studio. Pour en savoir davantage sur le processus créatif derrière l’album, la série documentaire de huit épisodes est offerte en exclusivité dans la section Véro.tv d’ICI TOU.TV. Six des huit épisodes d’une dizaine de minutes de Louis-Jean Cormier : retrouver son x sont déjà disponibles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *