Alexandre Da Costa et ses invités: un spectacle inattendu

The following two tabs change content below.

Diane Beaudin

C’est dans la magnifique salle de La Maison Symphonique que l’Orchestre Symphonique de Longueuil, OSDL, a choisi de nous présenter son spectacle de Noël,  Alexandre Da Costa et ses amis, samedi après-midi le 4 décembre 2021 et auquel nous avons eu le plaisir d’assister.

Parmi les amis qu’Alexandre avait choisis d’inviter, il y avait le danseur Kevin Jr Maddripp, la séduisante Geneviève Leclerc, les incomparables Christian-Marc Gendron et Manon Séguin et la magnifique et unique Giorgia Fumanti, sans oublier le cadet de tous, l’inimitable Mattenzo Da Costa, dans une production de Pierre Marchand.

À son entrée sur scène, Alexandre Da Costa a été chaudement applaudi, non seulement pour sa présence, mais pour son costume. En effet, notre chef-violoniste préféré avait choisi de porter la jupe noire, une jupe dessinée spécialement pour lui par Denis Gagnon, et sincèrement, on peut dire que ça lui sied à merveille,  d’autant plus, que selon ses dires, c’est sa conjointe Martine Cardinal qui porte le pantalon. De plus, ça convient très bien avec son goût marqué pour les extravagances vestimentaires.

Le spectacle a débuté avec une prestation de Kevin Jr Maddripp , que nous avons connu dans la populaire émission Évolution, dans une démonstration de krump, un argumentaire visuel que nous ne pouvions négliger et ne pourrons oublier. Ce volet danse a ensuite été suivi par celui de la chanson classique avec Geneviève Leclerc qui nous a fait frissonner avec sa voix sublime lors de son interprétation de l’Ave Maria de Caccini, un aria tellement spécial de par sa mélodie et surtout ses paroles.

Tous les arrangements spéciaux que nous avons entendus à cette occasion étaient l’œuvre d’Éric Lagacé. Accompagné par l’OSDL, et justement sur un arrangement d’Éric, Alexandre nous a interprété sur son violon magique Stradivarius l’Ave Maria de Gounod, Bach et Lagacé, un beau mix qui nous  ancrait davantage dans l’esprit de Noël, avant que Giorgia Fumanti ne fasse son entrée sur scène pour nous chanter The Prayer de David Foster. Une chanson qui aurait pu être écrite pour elle tellement elle faisaient corps ensemble.

Alexandre nous parlé de l’expérience que lui et l’OSDL ont vécue au printemps et à l’été 2020, au début de la pandémie, alors qu’ils ont effectué une tournée de 110 CHSLD et RPA dans le cadre des Balcons Symphoniques., un projet qu’Alexandre a qualifié de vaccin spirituel. Quelle belle comparaison qui prend tout son sens! Les patients et résidents ont pu se rassasier des airs qui sont à la base de ce qu’on appelle maintenant notre mémoire collective. Son air de Noël préféré étant Noël à Jérusalem de Enrico Macias, il s’est évidemment fait plaisir, mais sur un rythme un peu plus rapide que la version originale. Nous avons tous vibré sur le Panis Angelicus de César Franck que Giorgia nous a fait entendre de sa voix suave juste avant que Manon Séguin et Christian-Marc Gendron ne viennent nous décrire, à leur façon, ce qu’est un White Christmas.

Le retour de l’entracte s’est effectué sur un air de valse de Johann Strauss II, Le beau Danube bleu, qui nous donnait l’envie de valser accompagnés de l’OSDL. Une ode de reconnaissance a suivi par la suite de cet auteur inconnu qui a si bien décrit sa gratitude lorsqu’il a écrit Amazing Grace. Alexandre nous a fait entendre son adaptation de cette magnifique pièce, qui sonne bien différemment lorsque jouée seulement au violon. Qui de mieux que nos deux tourtereaux Christian-Marc et Manon pour nous interpréter à leur façon le Sainte Nuit, tout en douceur suivi du seul et unique Minuit Chrétien?

Nous avons pu entendre la magnifique Geneviève Leclerc dans une version bien spéciale créée expressément pour elle par un de ses amis de deux incontournables de Noël, Have Yourself a Very Merry Christmas et All I Want for Christmas is You. Nous étions loin de la version de Mariah Carey, mais celle que nous a offerte Geneviève était à notre avis la seule qui convenait à sa voix si vibrante. Christian-Marc est par la suite revenu, seul cette fois, pour avertir ses parents I’ll be Home for Christmas, faisant valoir son côté crooner. Et quoi de mieux qu’un Sleigh Ride dans le temps de Noël? Alexandre l’a bien compris, et il nous a donc offert la version de l’OSDL.

Le clou du spectacle fut, sans contredit, lorsque son fils de sept ans, Mattenzo, est venu diriger l’assistance alors que papa Alexandre dirigeait l’orchestre pour nous faire taper des mains sur La Marche de Radetzky de Johann Strauss. La pomme ne tombe jamais loin du pommier, nous en avons encore eu la preuve samedi après-midi.

Il a tout ce qu’il faut ce jeune pour continuer la carrière déjà prometteuse de son mentor. On le sent très à l’aise autant dans sa fonction de chef que dans sa présence sur scène. On dirait qu’il a fait cela toute sa vie! Il a la notion du rythme, il va sans dire. De plus, il a eu un public très obéissant qui a suivi à la lettre les consignes qu’il nous faisait facilement comprendre par sa gestuelle. Le tout s’est complété sur l’Allelujah de Leonard Cohen que nous avons tous fredonné ensemble. Un bel après-midi passé sous le thème de la joie, de l’amour et de la magie de Noël. Un après-midi qui a passé malheureusement trop vite.