Carte blanche colorée par… : Marie-Élaine Thibert relève avec brio des défis de taille

Le 10 octobre 2020 devait avoir lieu à la Cinquième Salle de la Place des Arts le spectacle de Marie-Élaine Thibert intitulé Carte blanche colorée par… Marie-Élaine Thibert. Cependant, dû aux restrictions sanitaires qui nous sont imposées, Covid-19 oblige, le show a été tout de même présenté, mais en ligne, sans aucun spectateur dans la salle. Un coup de massue pour l’artiste, car une des plus belles payes pour ces artistes est les applaudissements de l’assistance mais, il y en a tout de même eu de la part des membres de l’équipe, sur scène et hors-scène.

Tout d’abord, quelques détails sur ce concept de Carte blanche colorée par… .C’est à la demande de la Place des Arts que Monique Giroux a conçu cette série de six spectacles dans le but de rendre hommage à la musique québécoise. L’artiste ”coloriste” a plusieurs défis à rencontrer, notamment faire découvrir un créateur émergent, être entouré d’un artiste ami ou aimé et d’un proche connu ou pas.

Marie-Élaine a choisi d’ouvrir le spectacle avec cette merveilleuse chanson popularisée par Monique Leyrac, Pour cet amour, une chanson qui a permis à Marie-Élaine de nous séduire en 2007 sur son deuxième album solo et de nous garder sous sa coupe. Elle l’a interprétée avec sa voix puissante qui est toujours un cadeau pour les oreilles autant que la présence de Marie-Élaine l’est pour les yeux.

Ce fut suivi d’une chanson écrite pour elle au début de sa carrière par Stéphane Venne, Fille de ville, que nous avons souvent eu l’occasion d’entendre au cours des dernières années, autant à la radio que sur notre lecteur CD. Elle nous a ensuite présenté son groupe de musiciens composé du claviériste Philippe Turcotte , du bassiste Philippe Godin, du guitariste Simon Godin et du batteur Alexis Martin batteur, une équipe qui a bien mis en valeur l’artiste.

Un de ses défis, celui du 33 tours, a éveillé en nous un tas d’émotions, puisqu’il s’agissait de l’album qu’elle écoutait toujours avec son papa. Il s’agit de l’album de Paul Piché, Sur le chemin des incendies duquel elle nous a fait entendre Le temps d’aimerElle a fait jouer le 33 tours sur une table tournante pour ensuite joindre sa voix à celle de Paul Piché. Un bel hommage à Paul, mais aussi à son papa. De ce disque, elle nous a également interprété Sur ma peau. Par la suite¸ nous avons pu entendre L’enfant prodige tirée de son deuxième album Comme ça, une chanson hommage à André Mathieu qui n’a laissé personne indifférent.

Puis, un autre défi, la venue d’un chanteur émergent ayant déjà deux albums à son actif. Elle nous a introduit à Éric Charland , choriste à l’émission En direct de l’univers, qui nous a raconté l’histoire de Petite mort alors que nous avons pu l’entendre par la suite chanter en duo avec la coloriste du jour une autre ses compositions, Seuls à deux, une très belle ballade qui nous a permis d’admirer son talent d’auteur compositeur. Son EP La tristesse n’est qu’une saison est disponible sur les plateformes de téléchargement.

La star nous a fait part d’un petit brin de fantaisie en nous dévoilant un secret, c’est-à-dire la chanson qu’elle adore écouter lorsqu’elle fait ses tâches ménagères ainsi que son jogging, et qui s’appelle La grenade de Clara Luciani. Une chansonnette légère, qui peut effectivement nous porter à se dandiner en époussetant….

Un autre défi : être entouré d’un artiste ami ou aimé et d’un proche, connu ou pas qu’elle a complété en deux volets. Pour commencer, ce fut Bïa, une interprète brésilienne qu’elle a rencontrée lors d’un spectacle hommage à Jacques Brel et auquel participait également, pure coïncidence, Paul Piché. En solo, Bïa a offert Jardïm, une chanson au rythme envoûtant qui a été suivie par une chanson en duo avec Madame Thibert, Las Olas de la Mar, une chanson afro-colombienne qui nous a permis de constater encore une fois la polyvalence du talent de la belle Marie-Élaine, puisque les deux interprètes chantaient en espagnol.

Après tout cela, quoi de mieux maintenant qu’une création québécoise pure laine, de surcroît une qui fera partie de son prochain album?! Sur des paroles de Laurent Paquin, une découverte pour moi, et une musique d’ Andrea Lindsay, la chanteuse nous a reproché de ne pas l’avoir crue avec Vous ne m’avez pas cru. Et, vous pouvez nous croire, nous n’étions pas au bout de nos surprises lorsque Marie-Élaine a fait l’introduction de Jean-Martin Aussant. Eh oui, il n’est pas seulement un politicien et économiste, il est aussi un musicien, plus particulièrement un pianiste doué, et un très bon compositeur. Il nous a joué une de ses compositions et a ensuite accompagné Marie-Élaine lorsqu’elle nous a raconté Le plus beau voyage de Claude Gauthier, et ce avec plein d’émotions dans la voix.

Un autres des mandats qui avait été affecté à Marie-Élaine Thibert était de ressortir de ses archives une vidéo qui représente un grand moment dans sa vie. Il va sans dire que dans une carrière d’un peu plus de quinze ans, les archives doivent être assez volumineuses, et elle a choisi la vidéo dans laquelle elle chante avec Céline Dion à Las Vegas, l’intemporelle pièce de Jacques Brel, Quand on a que l’amour, ravivant dans nos esprits et dans nos cœurs également un très beau souvenir.

Monique Giroux s’est par la suite présentée sur la scène pour nous informer que Marie-Élaine avait réussi sa Carte blanche haut la main, qu’elle avait relevé tous les défis, incluant le choix des invités, l’ordre de passage de chacun d’eux et l’ordre des chansons, la mise en scène, etc. Mais, ce n’était pas fini. Marie-Élaine avait un autre cadeau pour nous, sa version de Un souffle de vivre dont les paroles sont de Maurane alors que Daniel Lavoie en a signé la musique. Un beau moment de musique et un bel hommage à Maurane que personne n’oubliera. Une danseuse contorsionniste accompagnait également Marie-Élaine, ajoutant à l’émotion qu’elle faisait déjà ressortir en chacun de nous.

Pour compléter son mandat, Marie-Élaine avait invité sa cousine Mara Tremblay à qui elle voue une admiration sans borne. Mara, qui est violoniste, guitariste, est aussi une chanteuse dotée d’un grand talent et d’une très belle voix. Elle nous a chanté Je reste ici, une de ses compositions, en s’accompagnant à la guitare alors qu’avec Marie-Élaine, elle s’est défoulée en exécutant Wrong Song, une chanson rock qui mettait en vedette deux voix se mariant très bien ensemble et qui apportaient beaucoup à cette chanson.

Pour finir cette soirée qui, à mon avis, mérite un 100%, Marie-Élaine nous a tous regardés dans les yeux et nous a dit ce qu’elle ressentait Dans tes yeux. Animatrice attentionnée qui complète l’excellente chanteuse qu’elle est, Marie-Élaine Thibert nous a encore éblouis et conquis avec cette soirée qu’elle nous a offerte dans une salle où l’audience était remplacée par 4-5 caméras, mais qui était en ligne, puisque le compteur indiquait plus ou moins 416 présences. Un show qui a certainement été apprécié par chacun de nous et qui marque un beau début pour la série Carte blanche colorée par… . Le spectacle est présenté virtuellement sur le site de la Place des Arts jusqu’au 18 octobre. Vous pouvez acheté un billet au coût de 12,50$ EN CLIQUANT ICI.

Dépendamment de l’évolution de la pandémie, le prochain spectacle de cette série sera présenté le 9 décembre 2020 et pourra accueillir des gens du public. Il mettra en vedette le slammeur-rappeur Samian. Le troisième spectacle de la série est prévu pour le 16 décembre 2020 et sera animé par Daniel Boucher. Pour le moment, le spectacle affiche complet. Le 28 janvier 2021, Beyries sera l’hôtesse de cette quatrième représentation, et encore une fois, on affiche complet. Tous les détails ICI.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *