Corneille

Corneille teinte joyeusement les Francos d’une encre rose

The following two tabs change content below.

Le 15 juin dernier aux Francos de Montréal, l’auteur-compositeur et interprète Corneille nous donnait rendez-vous sur la scène Bell. Le ciel était peut-être gris en cette soirée aux allures météorologiques incertaines, mais quand Corneille salua la foule Montréalaise, une aura rose éblouissante veilla à ce que notre soirée se passe en beauté. En effet, c’est un Corneille en pleine possession de ses moyens qui a su satisfaire les nombreux fans présents. L’artiste en est pas moins qu’à son neuvième album. Fort de toute cette expérience, il nous fit faire un survol sobre et digne de sa réputation en carrière ainsi que de son dernier opus intitulé Encre Rose.

Son plus grand succès et titre tremplin pour sa carrière, Seul au monde, fut interprété en version acoustique, au grand plaisir des auditeurs présents. Beaucoup d’eau ont coulé sous les ponts depuis ses débuts en sol Montréalais avec son groupe R’n’B O.N.E et ses premières esquisses à titre de vocaliste sur l’album Influences de Dubmatique, qui lui permit de se frayer une place parmi les grands artistes Québécois.

Corneille est devenu au fil des ans un auteur-compositeur et interprète solo très mature et en toute confiance. Nous avons eu droit à pas moins de vingt-deux titres tirés de son répertoire dont entre autres Le chant des cygnes, Tout le monde, Le marchand de rêves, L’espoir en stéréo, Crash, Nouveau pouvoir,Le bon dieu est une femme, Encre rose, Parce qu’on vient de loin, Des pères, Les sommets de nos vies et j’en passe! Et pour conclure, nous avons eu droit à un rappel avec les pièces, Comme un fils (Acoustique), Qu’est-ce que tu fais ? et Le bonheur.

Depuis son départ d’Allemagne vers le Québec en 1997, Corneille a su se frayer un chemin parmi nous et nous raconter son histoire, parce qu’il vient de loin. Afin de vous mettre dans l’ambiance de cette soirée rythmée d’une pop r&B blues, nous avons capté quelques souvenirs.

Crédits Photos : Martin Desbois, Éklectik Média