Dominic Paquet

Dominic Paquet : parti pour rester longtemps en humour!

The following two tabs change content below.

Marie-Claude Lessard

Avec Laisse-moi partir, son quatrième one man show, Dominic Paquet convainc qu’il est bien parti pour rester longtemps et pertinemment dans le milieu de l’humour québécois. L’humoriste, auteur, imitateur et occasionnellement chanteur à l’intérieur d’un orignal de métal à l’émission Chanteurs Masqués  a offert une première médiatique le 24 novembre à l’Olympia devant un public très réceptif à son humour accessible, ses thématiques universelles, son autodérision et ainsi qu’à son indéniable charisme.

Fort de son expérience à l’émission radiophonique À la semaine prochaine dans laquelle il incarne plusieurs personnages et imite plusieurs personnalités faisant l’actualité, Dominic Paquet a largement misé sur ses talents de comédien pour bonifier ses blagues tantôt surprenantes tantôt convenues. Ses petites explorations dans des sentiers battus n’ont toutefois pas empêché au public de rire presque constamment pendant 90 minutes sans intermission. Même si certains gags manquaient d’originalité, il était impossible de rester insensible aux facéties de Dominic, à son énergie folle et à son débit rapide sciemment utilisé pour augmenter l’effet comique des phrases répétées.

Crédit photo : Stéphanie Payez / Éklectik Média

Une autre des forces de Dominic Paquet  est sans contredit son sens de l’observation aiguisé et quelque peu déjanté qui transporte le public vers des zones inattendues. Laisse-moi partir regorge d’observations déroutantes et si vraies qu’elles suscitent instantanément des réactions. Plusieurs sujets d’apparence banale ont été évoqués comme les gens qui boivent du café versus ceux qui n’en consomment jamais, les achats en ligne sur Marketplace et leur absurdité, les voyages dans le Sud en étant célibataire, la notion de dépassement de soi , les meilleures techniques pour séduire les femmes au quotidien et les inventions inutiles.

De ces thématiques ont jailli des gags punchés bien écrits, des perles qui donnent mal au ventre tellement elles nous font bidonner. Mais, la majorité du temps, les rires les plus nourris ont été causés par les reconstitutions de situations que Dominic donnait pour mieux imager ses propos. Pas besoin de quoi de bien compliqué : un employé perdu, une personne âgée qui tente de vendre une nappe à 4$ ou encore une joke corsée sur Éric Salvail, le tout amené naturellement et avec des transitions fluides et originales entre les numéros. Certains filons trainaient en longueur mais, encore une fois, le sens du delivery de Paquet a réussi à divertir.

Crédit photo : Stéphanie Payez / Éklectik Média

Pour agrémenter ce spectacle stand up dans sa plus pure tradition, un décor de six fenêtres dotés de tubes lumineux tapissait l’arrière-scène. Le décor et la mise en scène signée Marc Gélinas servaient constamment les propos de Dominic Paquet, ce qui faisait en sorte que les petites touches spéciales comme des palmiers en néon sur les fenêtres ou l’utilisation d’une musique exotique créaient de petites surprises chez le public sans qu’il ne perde le focus sur les textes.

La conclusion, qui revient sur plusieurs bagues du spectacle, a brillamment été exécuté. En revanche, difficile de savoir réellement pourquoi le spectacle s’intitule Laisse-moi partir, même si la chanson du même titre interprétée par Nicole Martin a terminé le tout… Pour connaître les dates de la tournée Laisse-moi partir de Dominic Paquet, cliquez ICI!

Crédits Photos : Stéphanie Payez, Éklectik Média 

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.