Eddy De Pretto

Eddy De Pretto : une symbiose inestimable avec le public

The following two tabs change content below.

Stéphanie Payez

Hier soir au MTelus, c’était le retour d’Eddy De Pretto qui était au programme des Francos de Montréal. La soirée a commencé avec l’artiste Étienne Dufresne qui nous a présenté quelques pièces de son album Excalibur. Étienne Dufresne a su conquérir la foule et l’intégrer dans son univers entraînant. Cette première partie était relativement courte puisqu’elle m’a duré qu’une vingtaine de minute. Néanmoins, cela ne nous a pas empêché d’apprécier les morceaux et d’avoir envie de retrouver l’artiste sur scène.

C’est finalement dans les alentours de 22h15 qu’Eddy De Pretto a fait son entrée et quelle entrée. Pendant que tous les regards étaient rivés sur la scène, Eddy De Pretto est apparu au cœur de la foule assis sur une enceinte. Une manière pour lui de se rapprocher du public qui lui a tant manqué au fil de ces quatre années. Une belle mise en matière pour ce spectacle tant attendu pour l’artiste, mais aussi la foule en délire.

Crédit photo : Stéphanie Payez / Éklectik Média

Finalement, l’artiste a quitté la foule pour rejoindre les musiciens installés au fond de la scène. L’artiste pouvait donc profiter de tout l’espace en avant pour chanter les pièces de ses deux albums Cure et À tous les bâtards. Avec une mise en scène riche de lumière, Eddy a fait du MTelus une véritable discothèque dans laquelle l’ambiance a fait littéralement augmenter la température.

L’artiste qui se déhanchait d’un bout à l’autre de la scène nous a surpris par la qualité de ses interprétations dont la musicalité pointait davantage sa plume si juste. En sachant que l’artiste Yseult était également des Francos, le public sur place espérait vivre un duo en direct, mais c’est finalement la voix studio de la chanteuse qui a résonné dans le MTelus pour mettre de l’avant la pièce Pause. 

Crédit photo : Stéphanie Payez / Éklectik Média

Plusieurs moments dans le moment ont suscité encore plus la joie et l’enthousiasme des spectateurs comme la célèbre Fête de trop que le MTelus au grand complet a chanté en symbiose. L’artiste a aussi révélé une primeur avec une chanson d’amour inédite qui nous a été interprétée dans un magnifique piano/voix. Freaks et la populaire Random ont aussi été des moments phares de cette soirée incroyable. C’est la pièce Kid qui a finalement clos le spectacle qui manque une nouvelle fois le talent de l’artiste, mais aussi l’amour que les québécois lui porte. Pour son prochain passage aux Francos, on souhaite un spectacle extérieur sur la grande scène afin de faire profiter le quartier des spectacles de son talent d’auteur-compositeur et interprète, mais aussi de performeur.

Crédit photo : Stéphanie Payez / Éklectik Média