Filles de joies : la prostitution vue de l’intérieur

The following two tabs change content below.

Stéphanie Payez

Derniers articles parStéphanie Payez (voir tous)

Dans le cadre du festival Cinémania , nous avons visionné le film de Frédéric Fonteyne et Anne Paulicevich , Filles de joie, mettant en vedette les comédiens Sara Forestier (Axelle), Nicolas Cazalé (Yann), Noémie Lvovsky (Dominique) et Annabelle Lengronne (Conso). Les personnages vont montrer la profondeur et la difficulté de mener une double vie. Conso, Dominique et Axelle ont deux facettes qu’elles explorent chacune à leur manière et tout au long du film.

Axelle est une mère de 3 enfants, séparée de son conjoint Yann (qui est violent et contrôlant) et qui élève, avec l’aide de sa mère, sa petite famille. Une fois sortie de la maison et de son rôle de mère qui semble difficile, elle s’en va rejoindre son autre vie, celle d’Athéna qui se trouve de l’autre côté de la frontière en Belgique au sein d’une maison close. Dominique a, d’un côté, une vie bien paisible avec ses deux enfants et son mari, mais de l’autre, elle la doyenne de la maison close sous l’étiquette de Circée. De son côté, Conso est une femme qui tente de s’en sortir comme elle peut et qui, elle aussi, mène une double vie en interprétant Héra, son côté plus naïve qui va l’amener à être amoureuse de la mauvaise personne.

Les trois comédiennes portent à bout de bras leurs personnages et vont être au cœur du film. La chimie et le respect qu’elles ont entre elles vont créer de beaux moments de solidarité et de rire qui vont nous donner envie de s’attacher à elle. Bien que la prostitution est souvent montrée du doigt, dans ce film, on ne ressent pas ce jugement-là, mais plutôt le caractère fort d’être une femme qui cherche à protéger sa famille et sa peau au détriment des mensonges.

La prostitution est dévoilée avec une vue de l’intérieur et avec beaucoup de respect, aussi bien dans la direction du film que dans la vision des personnages. Filles de joie nous montre à sa façon que ce n’est pas parce qu’une femme choisit de se prostituer pour survivre que cela fait d’elle une femme objet qui doit se soumettre.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *