Jérémie McEwen : notre identité dans « La Panse »

The following two tabs change content below.

Stéphanie Payez

Le professeur de philosophie et chroniqueur Jérémie McEwen , qui avait publié plus tôt les livres La philosophie du hip-hop et Avant je criais fort , a paru le mois dernier un tout nouveau livre intitulé La Panse où, au sein de 128 pages, se mélange son amour des mots dans une forme poétique. Dans ce récit poétique, l’auteur nous dévoile des textes qui ont un lien avec la nourriture, mais pas forcément comme on l’imagine. Simplement comme lui la perçoit à travers les mots, les goûts, les odeurs et parfois même les rencontres.

Dans ce nouveau livre qu’il aime décrire comme bizarre, Jérémie McEwen met en lumière la vie d’un homme qui vient de se faire laisser par sa blonde et qui s’enferme chez lui. La peine et le vide que procure cette rupture le privent de toute envie de manger. Cette perte d’appétit vient en réalité d’une publicité de la barre chocolatée Snickers qui disait : « Quand j’mange pas, j’deviens un monstre. » et de cette phrase : « Dis-moi ce que tu manges, je te dirai qui tu es. » de Brillat-Savarin qu’il a analysé plus en profondeur.

Ce que cherchait Jérémie dans son livre, c’est d’approfondir le lien entre la nourriture et l’identité et notre rapport aux autres. Une approche qu’il décrit de manière personnelle en fonction de ses goûts et de certains endroits pour finalement le transformer en un personnage unique en son genre qui pourrait d’ailleurs être la pire version de lui-même comme il le raconte dans son lancement-balado.

À travers ce récit, on voyage et on lit sans arrêter vers cette introspection qui nous amène à découvrir des parties propres de nous-mêmes face à une même situation. Comment réagissons-nous lorsqu’on ne mange pas ? Quelle serait notre identité face aux autres lorsqu’on est plus l’ombre de nous-mêmes ? Pourquoi cherchons-nous à nous priver de ce que nous aimons quand on perd quelqu’un qu’on aime ? Des dizaines de questions qui traversent notre cerveau dans cette lecture courte, mais cachant tellement de sens.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *