Jusqu’au déclin : la réalité du survivalisme

The following two tabs change content below.

Stéphanie Payez

Le survivalisme a pour définition une doctrine basée sur la préparation à la survie, en prévision d’une catastrophe locale ou mondiale. C’est sur ce terrain-là que nous entrons avec Jusqu’au déclin, le tout premier film québécois produit par Netflix et applaudit par la critique. Réal Bossé y interprète le rôle d’Alain, un personnage dont on pourrait lui donner le synonyme de roi du survivalisme. Celui-ci a donné naissance à un camp de survie dont il explique la réalité à travers des capsules YouTube.

Antoine (Guillaume Laurin), inquiet de l’avenir et du monde dans lequel il vit, décide de s’inscrire à une formation d’initiation à la survie animée par Alain. Un séjour particulier dans lequel il fera également la connaissance d’autres participants interprétés quant à eux par Marie-Évelyne Lessard (Rachel), Marc-André Grondin (François), Maryline Castonguay (Anna), Marc Beaupré (David), Guillaume Cyr (Sébastien). Isabelle Giroux (Hélène) et Juliette Maxime Proulx (Daphnée) interprètent la femme et la fille d’Antoine.

 

Une fois arrivée au camp, les participants vont prendre connaissance des choses à savoir en cas de catastrophe. Lors d’une activité, un incident important change l’atmosphère du groupe et devient l’élément déclencheur de l’action du film. L’ambiance devient sanglante, percutante, et on entre tout droit dans un mélange de psychose et de thriller. La peur qui envahit les personnages devient rapidement la nôtre, ce qui rend davantage le visionnement du film palpitant.

Cette réalisation de Patrice Laliberté montre à quel point le cinéma québécois peut explorer tous les genres avec précision et qu’il n’a absolument rien à envier aux autres cultures cinématographiques. Jusqu’au déclin est toujours disponible sur Netflix.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *