Kevin

Kevin Parent en symbiose avec le public du Festivoix

Le passage de l’auteur-compositeur-interprète Kevin Parent au Festivoix de Trois-Rivières le samedi 6 juillet en début de soirée n’est pas assez inaperçu. Accompagné de la choriste Noémie Sheila Rioux et du percussionniste Michel Roy, celui qui a grandi à Nouvelle en Gaspésie a bien profité du bain de foule et de soleil que lui procurait l’intime Scène du Jardin. 

Ayant droit aux planches pour un peu moins de 60 minutes, l’artiste a généreusement fait la part belle à ses pièces les plus connues. Le public a tôt fait de lui souligner son enthousiasme en chantant haut et fort ces succès radiophoniques issus des albums Pigeon d’argile (1995), Grand parleur petit faiseur (1998) et Les vents ont changé (2001).

Kevin

C’est Nomade sédentaire qui a ouvert le bal avant de céder sa place aux autres gros canons que sont Father on the Go, Fréquenter l’oubli, Boomerang, Caliente, Ado maso, Maudite jalousie et Les doigts.

Kevin Parent a également rendu un touchant hommage au regretté Jean-Pierre Ferland en offrant sa version de la légendaire Le petit roi. Il a aussi fait un clin d’oeil au disparu bluesman Bob Walsh, qui fût une importante influence au courant de sa carrière, en livrant en guise de conclusion du spectacle la chanson Summertime.

Kevin

Peu importe la pièce présentée, que ce soit une incursion dans l’album Kanji avec Hands To The Sun ou Ado maso tirée de Pigeon Argile, Kevin Parent leur a tous insufflé un traitement acoustique qui rehaussait leur portée émotive. L’écrin d’intimité qui enveloppait ces pièces pop-rock apportait un éclairage nouveau fort intéressant.

Évidemment, la sublime chanson Seigneur, cette ode authentique à la résilience, a été conservée pour le dessert, et ce fût absolument savoureux et touchant.

Kevin Parent est présentement en tournée à travers la province pour faire la promotion de son mini album D’une rive à l’autre, paru en 2022. Toutes les dates de spectacle sont disponibles sur son site Internet officiel.

Crédits Photos : Stéphanie Payez, Éklectik Média 

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *