La Bohème de Puccini : toujours aussi prenante et touchante…même à la maison!

The following two tabs change content below.

Le 22 octobre 2020, nous avons pu regarder dans le confort de notre salon la reprise de la version de La Bohème de Giacomo Puccini mise en scène par Alain Gauthier, originalement présentée en 2011 et représentée en 2017 à la Salle Wilfrid Pelletier de la Place des Arts avec une captation en direct au Stade Percival-Molson où plus de 15 000 spectateurs s’étaient donné rendez-vous à l’occasion du 375eme anniversaire de Montréal. Un cadeau par l’Opéra de Montréal qui nous a offert gratuitement un accès en ligne à ce si bel opéra toujours aussi prenant et touchant.

Cette production met en vedette la soprano France Bellemare (Mimi), le ténor Luc Robert (Rodolfo),  le baryton Justin Welsh (Marcello), la soprano Lucia Cesaroni (Musetta), le baryton Christopher Dunham (Schaunard), le baryton basse Alexandre Sylvestre (Colline), le basse Claude Grenier (Alcindoro/Benoit), la ténor Isabeau Proulx Lemire (Parpignol)et le baryton basse Clermont Tremblay (Douanier). Une troupe entièrement canadienne qui s’est exécutée accompagnée de l’Orchestre Métropolitain sous la direction du chef James Meena dans des décors simples mais convaincants signés Olivier Landreville, éclairés par Claude Accolas.

Cette œuvre est basée sur une nouvelle de Henri Murger. Dans la nuit de la Saint-Sylvestre à Paris, Rodolfo , un jeune poète, et son coloc Marcello , un peintre,  grelottent et essaient de se réchauffer. Ils sont rejoints par leurs amis Colline le philosophe et Schaunard le musicien. La bande se réconforte et désespère en riant, en attendant la venue de meilleurs jours. Ils décident donc d’aller réveillonner au café pas loin, mais Rodolfo choisit de ne pas les accompagner, il veut écrire. Les fêtards partent donc, laissant Rodolfo à lui-même. Mais pas pour longtemps, car Mimi et Musetta arrivent…

Un des plus beaux opéras, probablement le plus connu de Puccini, est probablement un des plus joués depuis sa création. Des arias de toute beauté, des interprètes à la voix sublime,  chacun là où il devait être, une mise en scène sobre tout en étant réaliste. Sans vouloir diminuer la capacité de Mimi, musicalement nous avons trouvé le rôle de Musetta plus intéressant, plus demandant à combler.

Bref, cet opéra se résume en trois mots : une soirée inoubliable. La Bohème est encore disponible en ligne jusqu’au 5 novembre, toujours une gracieuseté de l’Opéra de Montréal.  Vous pouvez obtenir un accès en cliquant ICI.

À compter du 5 novembre, l’Opéra de Montréal vous offre l’opportunité d’assister à la première mondiale de L’hiver attend beaucoup de moi, une création et production entièrement québécoise et féminine dont la musique émerge  de la talentueuse Laurence Jobidon alors que le livret est signé de la plume de Pascale St-Onge et met en vedette Vanessa Croome, Florence Bourget et la pianiste Jennifer Szeto dans une mise en scène de Solène Paré. Cet opéra, ou plus précisément ce road-opéra faisant partie d’un programme double, sera précédé de La Voix Humaine de Francis Poulenc et mettra en vedette la soprano France Bellemare soprano (que nous venons de voir dans La Bohème incarnant Mimi) qui assurera le rôle d’une femme désemparée et brisée. Elle sera accompagnée au piano par Marie-Ève Scarfone. Un programme double que vous aurez l’occasion encore une fois de dévorer dans le confort de votre chez vous. Vous pouvez réserver votre accès ICI.

Deux bons visionnements à ne pas manquer. De belles heures en perspective!

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *