La chicane : une tournée de plus de 3 ans qui se termine ce soir sur YOOP

The following two tabs change content below.

La pandémie a contrecarré les plans de plusieurs artistes, et les membres de La Chicane en font partie. Devant lancer au printemps 2020 un nouvel album intitulé Quand ça va ben juste avant de faire un dernier tour des festivals avec la tournée La chicane : 20 ans déjà, le groupe n’a pas eu le choix de trouver une autre façon d’aller à la rencontre de ses nombreux fans pour une dernière fois avec cette tournée. C’est sur le web, plus précisément sur la plateforme Yoop, que ça se fera ce soir dès 20 heures.

Cette alternative virtuelle plutôt solitaire n’enchantait pas Boom Desjardins au départ, mais il a fini par comprendre sa pertinence. «Le côté d’écouter ça sur le fly sur le téléphone m’intéressait un petit peu moins, mais c’est un concept qui va devenir de plus en plus populaire au-delà du confinement. Ça va permettre de découvrir des artistes. On est rendu là. Je vais avoir 50 ans, j’ai le goût de m’adapter et de voir le résultat. C’est de l’inconnu, et c’est pour ça que je dis aux gens de l’essayer, car moi aussi je l’essaie en même temps.» admet-il au bout du fil.

Le chanteur ne cache toutefois pas sa fébrilité. «C’est un gros plateau. C’est un nouveau format. Il y aura des gens partout dans le Québec qui seront là à 8 heures. Donc, quand le show va commencer, les papillons vont être les mêmes que si la salle était pleine.»

Le contenu de ce spectacle aux apparences particulières ne va pas dérouter les gens qui se procurent un billet pour entendre Tu m’manques ou J’reviens chez nous. «Dans une heure de spectacle, on va essayer de rentrer toutes les chansons populaires pour pas que les gens se disent qu’on n’a pas jouer LEUR toune. Donc, ça va s’enchaîner. On va aussi prendre le temps de parler aux gens et de s’assurer qu’ils font partie du spectacle pareil comme s’ils étaient assis dans la salle.» soutient l’artiste.

Une des façons que La Chicane a trouvé pour faire participer la foule a été d’organiser un concours sur les réseaux sociaux. Ils ont fait tirer 10 accès au spectacle virtuel. Les internautes devaient commenter pourquoi le groupe devrait leur dédier (ou à un être cher) la chanson Juste pour voir le monde le soir du spectacle. On a bien hâte de connaître les heureux élus…

Évidemment, Boom Desjardins est très surpris du succès de la tournée qui a enchaîné les supplémentaires et les records d’assistance. «Ce qui est spécial, c’est de voir 3 générations dans notre public. Le grand-père qui venait assister à nos shows avec son fils, ben aujourd’hui il vient aussi avec son petit-fils. Ce côté-là nous fait un peu vieillir, mais on est fier de voir que nos chansons ont traversé le temps. On est ben chanceux après 24 ans d’avoir encore des salles pleines.»  

L’artiste ne ressent aucune amertume ou lassitude à interpréter soir après soir les mêmes succès. «C’est important de les faire. À quelque part, on rend hommage à ces chansons-là et on remercie les gens. On ne se fait pas à croire que si on fait de nouveaux spectacles après la tournée, qu’on ne les mettra pas dedans. Je ne comprends pas les artistes qui décident de ne plus faire des méga hits qui ont lancé leur carrière. C’est sûr que nous on est chanceux, car les gens font tellement partis des tounes qu’on n’a pas l’impression de se répéter. Je ne peux pas croire que je ne chanterai pas Calvaire quand je sais que 92% des gens qui sont là l’attendent. C’est une question de respect. Ceci dit, maintenant qu’on a revécu avec le public des pièces comme Calvaire avec la grosse guitare électrique, on peut-être adapter certaines chansons et se permettre quelque chose de plus léger au piano.»

Même son de cloche en ce qui concerne le fait de ne pas présenter de nouvelles chansons à la radio. «Le phénomène de s’identifier à une chanson est moins présent. Ça a évolué, c’est plus spécialisé. Avant, quand un artiste sortait une chanson à la radio, ça rejoignait tout le monde : les parents, les grands-parents, les enfants. Aujourd’hui, je ne fais vraiment plus des chansons pour qu’elles passent à la radio. Je me produis moi-même. Je n’ai pas de pression de personne. Je fais des chansons pour les gens qui vont se déplacer aux spectacles. On connaît notre public. On le sait ce qu’il a le goût d’entendre. »  

Cette nouvelle musique-là se retrouvera sur l’album Quand ça va ben qui a spontanément pris forme pendant les 3 ans de tournée. «L’album est inspiré de la tournée et d’où on est rendu, de comment ça va bien avec la tournée, de ce qu’on ressent. On se fie beaucoup à notre énergie et aux thèmes dont a envie de parler. Ce sont des vraies chansons qui parlent de vraies choses, et les gens vont se reconnaître. D’habitude, on avait des chansons en banque. Là, ça a été deux fins de semaine d’écriture dans un chalet. C’est rendu assez naturel pour nous de faire des albums. On n’a pas de technique, même si on a certains secrets qu’on a va révéler dans une vidéo prochainement. »

Par contre, aucune date de sortie officielle n’a été décidée. «On attend avant de le sortir parce qu’on ne peut pas sortir un album qui s’appelle  La chicane : quand ça va ben quand ça va mal de même! On pense sortir un extrait bientôt, peut-être que ça va aider pour le lancer au printemps prochain. On a fait cet album pour poursuivre la tournée partout au Québec. On va peut-être faire d’autres shows virtuels, mais j’espère que ça va reprendre bientôt.»

D’ici là, ne manquez pas ce soir le spectacle de La Chicane sur la plateforme Yoop!

Crédits Photos : Stéphanie Payez, Éklectik Média 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *