Lara : un documentaire purement authentique

The following two tabs change content below.

Stéphanie Payez

L’autrice-compositrice et interprète Lara Fabian dévoile, ce jeudi 15 octobre, un documentaire intitulé simplement Lara qui relate les grandes lignes de sa carrière tout en la suivant au cours de sa tournée 50 World Tour dont le lancement a d’ailleurs été le point de départ de la réalisation. En suivant Lara à travers les grandes villes de New-York, Montréal, Paris et Bruxelles, l’équipe formée de Jean-François Fontaine, Jean-Philippe Dion et Martin Proulx a, à travers ces images, montré une Lara purement authentique, sans aucun filtre, nous projetant ainsi à l’écran une vérité profonde.

L’artiste nous partage les moments difficiles de sa carrière sans que cela prenne trop de place, car, en effet, ce que l’on retient après le visionnement du documentaire, c’est davantage le fait qu’il s’adresse à tout le monde, que l’on soit fan ou non de la chanteuse. Chacun des moments de partage, qu’il soit en famille ou en entrevue avec Jean-Philippe, nous emmène vers une introspection intéressante qui dévoile qui se cache derrière l’artiste que l’on connaît. Il n’y a pas de place pour la promo, mais simplement pour la réflexion sur ce qui a été fait et dit depuis maintenant 30 ans. En exprimant sa réalité sur son parcours, l’artiste met en lumière la résilience et son évolution en tant qu’artiste, mais surtout en tant que femme. Lara confie d’ailleurs dans le documentaire qu’elle a arrêté de s’excuser.

Cette révélation a attiré particulièrement notre attention et nous avons demandé à Lara Fabian à partir de quel moment et quel a été son déclic pour arrêter de s’excuser. Elle nous a répondu : Je crois que tu arrêtes de t’excuser le jour où tu prends conscience que tu ne portes pas la culpabilité de ce que tu exprimes. Tu peux t’excuser quand tu sais que tu as commis une erreur, quand, de bonne foi, tu sais que tu t’es plantée, là c’est très légitime et c’est le minimum de la politesse, mais t’excuser d’avoir la voix que tu as, la couleur des yeux, la longueur de tes jambes que tu as, t’excuser d’avoir eu à vivre la trahison que tu viens de vivre, tu ne peux pas le faire. Encore une fois, c’est très dogmatisé dans les éducations judéo chrétienne européenne un peu comme ”Avant d’ouvrir ta bouche, rappelle-toi que tu vas devoir demander pardon”. J’ai appris juste qu’il y a des choses pour lesquelles c’est légitime que je le fasse et d’autres pas, et je crois que c’est ça le déclic. Le déclic, c’est quelle responsabilité je porte et à quel endroit j’ai le devoir de m’en expliquer. 

Pour pouvoir souffler les bougies de ses 30 ans de carrière , elle a du faire face à plusieurs deuils, que ce soit dans les rencontres et/ou des projets, des moments qui n’ont pas toujours été simples, mais avec lesquels elle a fait la paix, car comme elle nous l’a confié :  Tu ne peux pas passer à une autre étape si tu ne fais pas la paix. Je te dirai peut-être pas tout de suite quand ça se passe, mais au travers des étapes qui se succèdent. Dans le fond, Lara Fabian livre une grande parcelle de sa vie avec ses richesses et ses bassesses. La production a su puiser dans son répertoire avec justesse et a ainsi rendu certains moments plus vrais et touchants, moments que vous pouvez découvrir à votre tour dès maintenant sur le Club Illico.

One comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *