Les cowboys fringants de retour à la Maison Symphonique

The following two tabs change content below.

Diane Beaudin

C’est en direct de la Maison Symphonique de la Place des Arts, que nous avons pu visionner de notre salon, mardi soir le 11 mai 2021,  le concert offert par Les Cowboys Fringants, accompagnés par l’Orchestre Symphonique de Montréal, sous la direction de chef Simon Leclerc, qui a également pris en charge les arrangements symphoniques de la soirée.

En 2018, le groupe folk avait déjà fait un tabac à la même Maison Symphonique, après un séjour de six soirs. Cette année, Simon Leclerc et nos Cowboys ont décidé de retenter l’expérience, mais avec retransmission en ligne. C’est donc habillé de leurs plus belles fringues que nos quatre copains se sont présentés sur cette scène mythique et tenter de nous assouvir en nous faisant entendre quelques extraits de leur petit dernier, l’Amérique pleure et d’autres de leurs succès.

Évidemment, qu’en plus des membres du groupe Karl Tremblay, Jean-François Pauzé, Marie-Annick Lépine et Jérôme Dupras, Monsieur Leclerc avait invité deux artistes lyriques à se joindre à eux pour la soirée, il s’agissait de Dominique Côté baryton et de Karina Gauvin soprano. Il faut noter que rien dans l’interprétation du groupe n’avait changé, c’est plutôt au niveau symphonique que Monsieur Leclerc s’est concentré pour l’adaptation de la musique, ce qui fut, selon son habitude, une réussite.

Ils ont donc entamé le concert avec En berne, suivi du Ver de terre. Ils nous ont ensuite fait rencontrer La reine et en 8 secondes, les voilà qui marchaient La tête haute qui fut suivie de Les maisons toutes pareilles et du Gars d’la Compagnie. Par les sourires que nous avons pu apercevoir à l’occasion, il va de soi que Simon Leclerc était content de leur présence, et il semble bien que c’était réciproque.

Après L’heure approche, c’est le baryton Dominique Côté qui est venu pour nous raconter, à sa façon, Une autre journée que Simon avait transposé en aria d’opéra, vous auriez cru entendre les couplets du Toreador dans Carmen, un autre sans faute à ajouter au  C.V. du Maestro. Puis ce fut au tour de Karina Gauvin soprano, de venir s’exécuter, mais cette fois-ci en compagnie de nos Cowboys préférés, pour chanter Marine Marchande, une autre adaptation de Leclerc, qui a mis son talent et sa voix en valeur, elle n’aurait pas mieux fait si elle avait chanté l’Habanera de Carmen. 

Il y eu encore quelque autres chansons dont évidemment l’Amérique pleure et pour compléter le tout, nous nous sommes quittés avec Les étoiles filantes. On peut dire d’eux qu’ils n’ont rien perdu de leur chien et qu’ils savent toujours susciter l’attention des fans. Cette performance, hors du commun, est donc disponible en ligne jusqu’au 25 mai 2021. Vous pouvez vous procurer un accès sur le site de l’OSM.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *