Les histoire musicales de la belle Renée Martel

The following two tabs change content below.

Diane Beaudin

Hier, tout en relaxant dans le confort de notre salon, nous avons pu visionner, en provenance du Théâtre Jean Duceppe de la Place des Arts, le deuxième volet de la série L’histoire de mes chansons, avec cette fois-ci la belle et toujours séduisante Renée Martel. L’artiste nous a fait saliver,  parfois pleurer aussi, en nous délectant de ses savoureuses anecdotes, entourant l’écriture de ses chansons. Ces moments magiques nous ont été présentés par Productions Martin Leclerc. Une entrevue, qui comme le veut maintenant la tradition, a été conduite d’une main de maître par Monique Giroux. 

Madame Martel  a avoué avoir maintenant une carrière de 68 ans. Elle fait partie de la génération d’artistes, qui, comme elle le dit elle-même, que les gens adoptaient dès qu’ils les aimaient. Nous avons tout d’abord eu accès aux secrets derrière la chanson Je vais à Londres, un succès qui date de 1968. Elle venait d’avoir un beau succès avec Liverpool, alors son gérant du moment et les producteurs lui ont suggéré de récidiver dans cette lignée.

Elle a donc accepté et s’est mise à l’œuvre avec son grand ami Michel Pagliaro, c’est d’ailleurs lui la voix au début de l’enregistrement : «Le prochain départ pour Londres se fera dans 5 minutes.» C’est la sublime Annie Blanchard, qui a beaucoup de points communs avec Renée, que celle-ci a choisie pour interpréter ce succès. Annie a d’ailleurs fait la première partie du spectacle  Renée Martel dans la tournée Une femme libre, et ce, pendant deux ans et demi. Une alternative que Madame Martel n’a sûrement pas regrettée autant pour la tournée que pour l’interprétation d’hier soir.

Dans la même décennie, alors qu’elle était en nomination pour la Révélation féminine de l’année 1968, Johnny Farago lui l’était pour la Révélation masculine. Comme les sondages le mettait gagnant du titre et Renée gagnante du titre féminin, on avait suggéré à Renée d’écrire une chanson sur ce thème. C’est donc dans cette optique, qu’elle a écrit Johnny Angel. Il s’est cependant avéré que Renée a remporté le titre, mais pas Johnny. Grosse déception pour Renée qui s’était investie beaucoup dans cette chanson.

À la fin de ce gala, le gérant de Stéphane, (Quand tu liras cette lettre) l’actuel gagnant, est allé retrouver Renée, en lui disant que dans un an, on n’entendrait plus parler d’elle alors que Stéphane, lui, serait une grande vedette. Elle n’a évidemment pas donné le nom de ce gérant, mais elle a toutefois pris un coquin plaisir à nous dire sur un ton humoristique … qu’il était mort.  Renée Martel avait demandé que ce soit Laurence Jalbert qui en fasse sa version; un choix judicieux à notre avis, alors que Laurence s’exécutait en toute douceur et légèreté.

Nous voilà maintenant en 1992, alors que Renée était de retour du Maroc et que ça faisant dix ans qu’elle s’était choisie au lieu de la bouteille. Elle a décidé de commémorer l’événement. Elle a écrit Je reviens qu’elle a enregistrée sans toutefois  indiquer clairement le but de la chanson. Alors les fans ont toujours pensé qu’elle racontait son voyage au Maroc, alors qu’elle racontait son cheminement à partir du moment où elle avait décidé d’être heureuse. C’est à l’excellente Luce Dufault que Madame Martel avait demandé  de traduire ses émotions, ce à quoi Luce s’est pliée avec plaisir. Il y avait beaucoup de sincérité dans cette chanson, on y décelait vraiment la Renée Martel qu’elle est. J’en ai encore la chair de poule, il est évident qu’en connaissant cette particularité, nous n’écoutons pas la chanson de la même façon. Et la façon dont Luce Dufault l’a rendue, en fait un souvenir impérissable.

Sachez seulement que ce spectacle-entretien est un des plus touchants que nous ayons vu, il va de soi que les secrets dévoilés par Renée y sont pour beaucoup, mais également les performances des invités tels que Paul Daraiche, Antoine Gratton, Elliot Maginot qui nous a envoyé quelques notes de son cru ainsi qu’IsabelleBoulay à, quant à elle, terminé le spectacle en beauté avec la célèbre J’ai un amour qui ne veut pas mourir. 

Cette présentation de L’histoire de mes chansons est disponible sur la toile jusqu’au 31 mars, vous pouvez vous procurer votre lien d’accès. Nous souhaitons que ces moments vous apportent autant de plaisir qu’à nous.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *