L’histoire de mes chansons : Jean-Pierre Ferland, toujours en amour avec les femmes!

The following two tabs change content below.

Jeudi dernier, le 12 novembre 2020, comme c’est maintenant devenu l’habitude, nous avons eu le plaisir de visionner dans le confort de notre salon un spectacle-causerie mettant en vedette cet immortel auteur-compositeur-interprète qu’est Monsieur Jean-Pierre Ferland.

Animée par Madame Monique Giroux, ce spectacle enregistré à la Salle Pratt & Whitney et produit par Productions Martin Leclerc en collaboration avec Le Théâtre de la Ville de Longueuil est un concept par lequel on demande à l’artiste invité de choisir dix-douze de ses chansons, normalement les plus connues, et de nous raconter ce qui se cache derrière chacune, soit en nous racontant ce qui l’a inspirée, soit une anecdote ou un souvenir.

Comme l’a si bien dit Jean-Pierre, dans son cas, ce fut difficile de faire un choix, quand on sait tout le succès que la plupart de ses chansons ont connu. Ces chansons étaient présentées par des chanteuses à qui il avait été demandé de s’approprier ladite chanson, de la revisiter et de nous l’offrir. Dans ce cas-ci, les invitées, évidemment toutes des femmes, étaient Mélissa Bédard , qui nous surprend à chaque fois, Julie Anne Saumur, la conjointe de Jean-Pierre, Joe Bocan, du bonbon pour les yeux et surtout pour les oreilles, la toujours aussi radieuse Luce Dufault, et Florence K à qui la grossesse va à ravir. Nous ne vous raconterons pas les onze chansons, mais du moins nous vous en ferons la nomenclature ainsi que l’artiste qui nous a fait frissonner.

Le tout a commencé avec la chanson Je reviens chez nous. Une chanson qu’il a écrite à Paris quand il a décidé de revenir parmi nous. Notre pays lui manquait. Ce qui l’a convaincu que la décision de revenir était la bonne, c’est qu’au moment d’aller signer pour l’achat d’une très belle maison qu’il avait vue, il a fait comme Scarlett dans Autant en emporte le vent, c’est-à-dire qu’il a pris une poignée de terre entre ses mains mais, contrairement à Scarlett, ça ne lui a rien fait. Une chanson que Nana Mouskouri a enregistré en cinq langues différentes. C’est Mélissa Bédard qui a été choisie pour nous l’interpréter, et c’est avec sa puissante voix contrôlée qu’elle nous a offert ce hit en toute douceur. Une performance qui ouvrait bien le spectacle et qui, personnellement, m’a fait pleurer.

Par la suite, ce fut Ton visage, que sa conjointe Julie Anne Saumur nous a fait entendre, suivie de Qu’est-ce que ça peut ben faire que Joe Bocan, la théâtrale Joe Bocan comme l’a si bien dit Judi Richards dans ses commentaires, a interprétée à sa façon pour nous donner des frissons. Joe Bocan nous est revenue avec une surprise, Si je savais parler aux hommes, un clin d’œil à Si je savais parler aux femmes que Jean-Pierre interprète toujours dans sa version originale, bien entendu. Elle avait transposé la musique sur un rythme de tango et sa finale, avec la main dans sa chevelure qui faisait ressortir sa féminité, n’a sûrement pas surement déplu à Jean-Pierre. La chanson Que veux-tu que j’te dise, qu’il a écrite à la suite d’une rupture amoureuse, fut interprétée par Mélissa Bédard magistralement.

Ce fut ensuite sa chanson favorite, La musique, que personnellement je ne connaissais pas mais que j’ai adorée; et c’est à la toute belle Luce Dufault qu’on a demandé de l’interpréter. Luce qui n’avait d’yeux que pour Jean-Pierre. On pouvait lire dans son regard l’admiration et le respect qu’elle lui voue. Monsieur Ferland nous a raconté ce qui l’avait amené à la chanson : le refus de Radio-Canada (où il avait été engagé pour faire les cédules,) de devenir annonceur. Son patron a eu vent qu’à l’occasion JP chantait et très bien même et il lui a dit qu’il serait mieux chanteur qu’annonceur, et tant mieux pour nous!

Monique Giroux, très bonne animatrice et évidemment très au fait du monde de la chanson d’ici, lui a à son tour raconté une petite anecdote de son enfance, à l’effet que lorsqu’il chantait Si on s’y mettait…. sa mère rétorquait toujours  ‘’mettez-vous, mais mariez-vous!’’ . C’est à Florence K qu’est revenue le plaisir de la performer sur un rythme un peu sud-américain.  Julie Anne Saumur est revenue pour nous roucouler Quand on aime on a toujours vingt ans.

Nous voilà en 1975, au pied du Mont-Royal, un 24 juin, jour de l’anniversaire de notre ami Jean-Pierre, où 300 000 personnes se sont retrouvées pour cette célébration. Ginette Reno , qui venait de revenir des États-Unis, avait eu vent de la chanson Un peu plus haut, un peu plus loin que Jean-Pierre avait écrite pour la regrettée Renée Claude. Ginette a alors demandé à Renée de la lui laisser chanter ce soir-là, ce qui fut généreusement accordé à Ginette, et nous savons tous ce que cela a donné. …On se rappelle aussi l’interprétation qu’elle en a faite avec Céline Dion sur les plaines d’Abraham en 2008 lors du 400ième anniversaire de la Ville de Québec. C’est donc avec émotion que Julie Anne Saumur et Mélissa Bédard nous ont fait profiter d’une autre version de ce monumental succès. Un autre air qui a su attirer mes larmes surtout en attendant la finale très harmonieuse qui nous fut offerte.

Luce Dufault nous a ensuite avoué qu’elle ne voulait pas dormir ce soir, que Jean-Pierre chante à la fin de ses spectacles pour remercier ses spectateurs et la Vie. Pour finir, c’était pour faire un retour à son enfance que Jean-Pierre a écrit Le petit Roi. ….Serais-tu devenu un homme……. Qu’est-ce qui peut rimer avec homme? Un de ses musiciens lui a lancé comme ça ‘’Boule de gomme’’ et, là encore, on connaît la suite. C’est Florence K qui a murmuré cette chanson, pensait-elle à son bébé en l’interprétant, il faudrait le lui demander. On a pu entendre la réaction enthousiaste de Jean-Pierre à la fin, qui ne laissait aucun sous-entendu.

Une spectacle-causerie qui nous a permis de passer près de 90 minutes avec cette icône québécoise de la chanson d’ici, qui, pour l’occasion, portait un chandail jaune…

Ce concept sera répété à deux reprises, une avec Stéphane Venne le 19 novembre. Vous pouvez vous procurer un accès ICI. Le 26 novembre, ce sera avec une autre icône de chez nous, nulle autre qu’Yvon Deschamps. Pour cette représentation, vous pouvez vous procurer des billets ICI!

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *