Lou-Adriane Cassidy :

Lou-Adriane Cassidy : une performance audacieuse

The following two tabs change content below.

L’autrice-compositrice et interprète Lou-Adriane Cassidy était présente, hier soir, au Festivoix de Trois-Rivières pour ouvrir la soirée sur la scène du Fleuve Loto-Québec. En effet, l’artiste était en première partie de l’auteur-compositeur et interprète Roch Voisine. Malgré la fine pluie qui menaçait légèrement cette première soirée de Festival, la foule n’a fait que s’agrandir de plus en plus au fil des pièces que la jeune femme nous présentait. Un accueil chaleureux pour la jeune artiste qui livrait avec une belle prestance les morceaux issus de ses deux albums en carrière, C’est la fin du monde à tous les jours (2019) et Lou-Adriane Cassidy vous dit : Bonsoir (2021).

Lou-Adriane Cassidy a su charmer la foule grâce à son énergie digne du son rock qu’elle transmet dans son univers. C’est d’un bout à l’autre de la scène, debout ou encore à genoux, que l’artiste parfois en transe nous a présenté son répertoire, subjuguant ainsi la foule par son audace. L’audace de l’artiste prend tout son sens lorsqu’elle dévêtit sa légère robe pour se montrer en sous-vêtements devant la foule pour interpréter la solide pièce Entre mes jambes. Un moment marquant que les gens présents dans la foule ne sont pas près d’oublier.

Crédit photo : Stéphanie Payez / Éklectik Média

C’est ensuite revêtu d’une robe de chambre rouge que l’artiste a gentiment dit au revoir au public en les remerciant pour leurs présences et leur accueil. Lou-Adriane Cassidy a donc terminé ce spectacle avec la pièce la plus populaire de son répertoire et dont on ne se lasse pas Ça va, ça va. 

En attendant, de retrouver l’artiste sur scène dans d’autres festivals du Québec, nous avons capté sur le vif quelques images des performances de l’artiste dans lesquelles on peut ressentir toute son intensité. On rappelle que le Festivoix de Trois-Rivières offre une belle programmation jusqu’au 10 juillet.

Crédit photo : Stéphanie Payez / Éklectik Média