Marc Hervieux séduit encore une fois

The following two tabs change content below.

Mercredi soir le 14 avril, en Webvision, nous avons pu visionner le spectacle tant attendu de Marc Hervieux, à qui l’Orchestre Symphonique de Montréal avait donné Carte Blanche, pour ce spectacle de la série OSM POP. Un spectacle présenté dans la toujours magnifique Maison Symphonique (qui pour l’occasion s’était habillée de belles couleurs illuminant la scène) de la Place des Arts, sans aucun spectateur, et dans le respect le plus strict des normes sanitaires pour tous les locataires de la scène.

Une Carte Blanche que Marc Hervieux a su nous présenter avec ses invitées, oui seulement des femmes, avec lesquelles il a partagé la scène. Un programme qu’il a préparé avec soin, aidé du maestro Simon Leclerc qui dirigeait l’OSM, et sur qui Marc a pu compter pour les arrangements vocaux et musicaux que nous avons pu entendre. Le spectacle a débuté avec une composition de Leclerc, que nous avons pu écouter avec plaisir avant l’arrivée sur scène de Marc Hervieux qui nous a tout d’abord amenés en Espagne avec Besame Mucho, Granada et El dia que me quieras. Nous avons, par la suite,  piqué une pointe en Italie avec cette superbe ballade I found my Love in Portofino, des chansons qui présageaient qu’un programme des plus intéressants nous attendait.

Ses filles Loïane, Cloé et Maxime sont ensuite venues le rejoindre pour nous faire entendre leur version de I can’t Help Falling in Love. Les trois jeunes filles ont toutes une magnifique voix et ont su la mettre en valeur en accompagnant bien leur père dont on pouvait voir la fierté dans le regard. Un beau moment de musique. Ce fut le tour ensuite de l’irremplaçable  Brigitte Boisjoli, avec qui Marc a chanté un Crying de Roy Orbison qui nous a fait pleurer. Il y avait beaucoup d’émotions dans ces deux belles voix qui se mariaient très bien ensemble dont on se souvient encore de la finale. Puis vint le tour de Stéphanie Bédard, avec qui Marc, nous a salués avec un Hello Again de Neil Diamond, une remarquable prestation.

En solo, il nous a présenté deux des plus belles chansons qui existent, Smile de Charlie Chaplin et What a Wonderful World, de Luis Armstrong; je  suis certaine que les deux étaient heureux et fiers de ce qu’il en a fait, toujours avec l’aide de Simon Leclerc et ses arrangements sublimes. Genevière Leclerc l’a ensuite rejoint pour nous séduire avec sa version de Over the Rainbow, qui aurait fait rougir même Judy Garland. Un beau choix de succès, il y en avait pour tous les goûts.

Évidemment, un tel spectacle n’aurait pas été complet sans un volet dédié au plus grand de la francophonie, Charles Aznavour, et c’est avec Lei (She) qu’il a commencé ce volet, qui fut suivi d’un florilège comprenant Hier encore, Mourir d’aimer, Que c’est triste Venise et Emmenez-moi. Comme l’a mentionné le locataire de la Maison Symphonique pour cette soirée, c’est toujours problématique que de choisir parmi les nombreuses chansons de l’ami Charles. Nous devons bien admettre que le choix que Monsieur Hervieux a fait était des plus judicieux et a dû faire plusieurs heureux.

Richard Desjardins a dû avoir des frissons en attendant Debbie Lynch White et Marc Hervieux nous offrir leur version de Le cœur est un oiseau, qui fut suivi du Naufrage de Dan Bigras, avec la toujours présente France Castel, qui ne cesse de surprendre avec son charme et sa voix ! Ils ont su nous éblouir. Il fut ensuite rejoint par la magnifique Annie Villeneuve avec qui il nous a offert une prestation hors du commun du succès de David Foster The Prayer, une autre fois, la chair de poule. Pour terminer le tout, Marc nous a amenés sur la lune, Fly me to the Moon pour ensuite nous transporter à New York, New York. Ce fut un autre beau voyage fait en agréable compagnie. Marc nous a mentionné qu’il n’en était pas à ses premières armes avec Monsieur Leclerc, et que les deux travaillent encore ensemble sur un autre projet.

C’est avec la très belle chanson de Jean Ferrat, C’est beau la vie, qu’il nous a fait son salut final. En ces jours de pandémie,  cette chanson était un baume. En somme, une belle heure et demie de pur bonheur avec des artistes aimés de tous et un tour de chant des plus variés. Vous ne devez pas manquer cette Carte Blanche, que Marc Hervieux a très bien assumée. La Carte blanche à Marc Hervieux demeure en ligne jusqu’au 27 avril et vous pouvez vous procurer votre accès

Crédit photo : Antoine Saito

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *